Apollo Formation https://www.apollo-formation.com Le Centre de formation IT des professionnels de l’Informatique à Paris, Lyon, Marseille, Lille, Bordeaux, Toulouse, Aix, Genève Wed, 20 Mar 2019 13:37:22 +0000 fr-FR hourly 1 https://www.apollo-formation.com/wp-content/uploads/favicon-1.png Apollo Formation https://www.apollo-formation.com 32 32 Blockchain : enjeux et cas d’usage https://www.apollo-formation.com/actus/blockchain-enjeux-cas-usage.html Wed, 13 Mar 2019 11:04:47 +0000 https://www.apollo-formation.com/?p=28707 La blockchain est en plein essor actuellement. Il s’agit d’une technologie numérique permettant de transmettre des données de manière décentralisée, sécurisée, transparente et sans intermédiaire. C’est une nouvelle manière de stocker de l’information, de la préserver sans modification, d’y accéder et d’intégrer de nouvelles informations qui deviennent infalsifiables. A l’appui de la blockchain, l’ensemble du … Continuer Blockchain : enjeux et cas d’usage

Cet article Blockchain : enjeux et cas d’usage est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
La blockchain est en plein essor actuellement. Il s’agit d’une technologie numérique permettant de transmettre des données de manière décentralisée, sécurisée, transparente et sans intermédiaire. C’est une nouvelle manière de stocker de l’information, de la préserver sans modification, d’y accéder et d’intégrer de nouvelles informations qui deviennent infalsifiables.

A l’appui de la blockchain, l’ensemble du cycle de vie d’un produit peut être ainsi certifié. Un autre usage opérationnel à moyen terme concerne les applications de type notarial liées à la tenue d’un registre partagé. Elle ne se résume donc pas à la cryptomonnaie.

Cette technologie devrait logiquement bouleverser l’écosystème économique. Quels sont les véritables enjeux de la blockchain actuellement ? Réponse dans cet article.

La blockchain :  les enjeux

Blockchain, source d’un travail plus collaboratif

Illustration en lien avec le blockchain

Il est probable que le fonctionnement des entreprises de demain sera notamment fondé sur le système de la blockchain. Le système des entreprises actuellement fondé sur une organisation pyramidale est en déclin. Notre société se dirige progressivement vers une organisation plus agile et des entreprises où chacun pourrait être force de proposition.

La blockchain, source de consensus, peut s’exercer sans autorité de régulation. Nous nous dirigeons demain vers des entreprises où chacun sera autant manager que collaborateur, selon les projets. Les managers conserveront leur fonction de motivateur des équipes. Le fait que les organisations vont être davantage agiles, ouvertes, et dynamiques peut nous interroger sur le fait de savoir si le salariat ne se rapproche finalement pas d’une logique de freelanceurs, de manière progressive.

Certaines professions pourraient disparaître avec la blockchain, du fait qu’il n’y a plus besoin de tiers de confiance avec ce système extrêmement fiable.

 formation blockchainNous proposons une formation sur les concepts, principes, et enjeux de la blockchain en entreprise :

Demandez des informations OU Réservez votre formation

Blockchain : des fonctions diverses et des atouts indéniables

Blockchain et enjeux en entreprise

 

L’intérêt des blockchains est qu’elles permettent de stocker et de transférer de l’information de façon sécurisée. La blockchain tient donc le registre des transactions entre ses utilisateurs, ce qui leur permet d’échanger des « titres de propriété virtuels ».

Elle permet à ses utilisateurs de s’échanger des titres indépendamment de toute autorité centralisatrice en respectant un certain nombre de garanties comme le transfert de propriété, l’authentification, la transparence. La blockchain remplit également une fonction d’automatisation des transactions entre ses utilisateurs.

La blockchain permet d’enregistrer, dans un temps court des informations de façon décentralisée et sécurisée. La blockchain présente divers avantages, comme notamment :

– un gain de temps

– une automatisation des processus

– une réduction des coûts

– davantage de sécurité

– une plus grande transparence

L’intérêt de la blockchain réside dans le fait qu’elle intervient dans certains cas comme l’enregistrement de transactions ou l’exécution automatique de contrats. Les protocoles blockchain posent des questions en matière de changement d’échelle. L’exemple du réseau Bitcoin est flagrant avec un traitement d’une poignée de transactions par seconde, contre plusieurs milliers pour un opérateur de carte bancaire. Le mécanisme de validation historique de la blockchain passe par des solutions techniques et des mécanismes de validation moins lourds, mais par conséquent moins fiables.

 Image en lien avec l'Internet des objets et la cybersécuritéNous proposons une formation sur les objectifs, enjeux et exemples de cas pratiques à propos de la cryptographie :

Demandez des informations OU Réservez votre formation

Les cas d’usage de la Blockchain  

Image en rapport avec la blockchain

La blockchain est un support de transactions portant sur des actifs intrinsèquement numériques dématérialisés qui n’ont aucunement de liens avec le monde physique. Elle permet aussi d’enregistrer des transactions numériques, reflet d’échanges dans le monde physique.

En guise d’exemple, on peut imaginer que, lors du transfert de la carte grise en cas de vente d’un véhicule, cette fonction sera remplie par le transfert du titre relatif à ce véhicule dans la blockchain.

Un autre cas d’usage de la blockchain consiste à s’en servir non plus comme un outil d’enregistrement d’une transaction donnée entre deux parties mais comme un registre permettant à une personne d’établir l’antériorité de ses droits sur un objet et de suivre ensuite l’évolution de ces derniers.

Il s’agit d’un outil permettant l’enregistrement de hash de transactions de façon publique et irrévocable. Le hash enregistré peut correspondre à un document écrit (exemple : un document de plusieurs centaines de pages) afin d’être ensuite inséré à la blockchain.

Une limite à constater à cet usage est relatif au fait que la blockchain ne permet pas l’enregistrement du document lui-même, mais seulement du hash de celui-ci. L’unique lecture de la blockchain ne permet pas de connaître le contenu du document, la confidentialité de ce dernier est préservée.

Le dernier usage conséquent de la blockchain renvoie à sa capacité à servir de support à des smart contracts ( ou « contrats intelligents ») qui vont automatiser l’exécution de contrats. Les smart contracts sont des programmes informatiques qui réagissent à l’activation d’une condition en provoquant un résultat (exemple : milieu des assurances). L’inscription de tels « contrats » dans la blockchain permet, d’une part, de garantir leur exécution automatique dès que la condition est remplie et d’en assurer l’inaltérabilité a posteriori, d’autre part.

Ces smart contracts, plus ou moins complexes, peuvent soit constituer une transcription, dans la blockchain, soit représenter le contrat en lui-même.

Dans cette vidéo, retrouvez des informations relatives à la blockchain, à travers des illustrations concrètes.

 

Cet article Blockchain : enjeux et cas d’usage est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
Réforme de la formation professionnelle : les évolutions https://www.apollo-formation.com/actus/reforme-formation-professionnelle-evolutions.html Fri, 22 Feb 2019 11:57:39 +0000 https://www.apollo-formation.com/?p=28667 La système de la formation professionnelle en France a été modifié à de nombreuses reprises. Avec la réforme de la formation professionnelle de 2018, le dispositif est profondément modifié et vise à rendre l’individu acteur de son parcours. Elle présente également un grand nombre d’enjeux comme la simplification de la formation en entreprise en favorisant l’accès … Continuer Réforme de la formation professionnelle : les évolutions

Cet article Réforme de la formation professionnelle : les évolutions est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
La système de la formation professionnelle en France a été modifié à de nombreuses reprises. Avec la réforme de la formation professionnelle de 2018, le dispositif est profondément modifié et vise à rendre l’individu acteur de son parcours.

Elle présente également un grand nombre d’enjeux comme la simplification de la formation en entreprise en favorisant l’accès à la formation pour les TPE et PME. La refonte du système d’alternance est également un enjeu phare de la réforme

La réforme de la formation professionnelle répond aussi à des enjeux de rénovation du système de certifications pour une plus grande homogénéité et réactivité face aux évolutions des compétences. La réforme de la formation professionnelle vise au renforcement de la transparence et la qualité de l’offre de formation. De nombreuses évolutions sont à noter avec cette réforme de la formation professionnelle, dont le compte personnel de formation qui a déjà été évoqué lors d’un article précédent.

Réforme de la formation professionnelle et création de France compétences

France Compétences et réforme d ela formation professionnelle

Il s’agit d’une agence publique en charge de la régulation de la qualité des formations et de leur coût. Le Conseil d’administration est notamment composé de l’Etat, des Régions et des partenaires sociaux.

Premièrement, l’organisme France compétences répond à des missions financières et a un rôle de « répartiteur » des financements sur le plan de la gestion financière de la formation. L’URSSAF perçoit les cotisations des entreprises pour la formation et les versent à France compétences.
France Compétences est en charge de la répartition et du versement des fonds de la formation professionnelle auprès de divers organismes comme la Caisse des dépôts et consignations, pour le financement du compte personnel de formation (CPF)

  • Les Commissions paritaires interprofessionnelles régionales (CPIR), qui examinent et financent les projets de transition professionnelle
  • L’Etat, en ce qui concerne la formation des demandeurs d’emploi.
  • Les Opérateurs du Conseil en évolution professionnelle (CEP). Sont concernés tous les actifs occupés, hors agents publics, dans des modalités fixées par décret.
  • Les Opérateurs de compétences (OC) en matière de versement des fonds pour un financement complémentaire des contrats d’apprentissage et de professionnalisation et un financement relatif à l’aide au développement des compétences pour les entreprises de moins de 50 salariés.
  • Les Régions, qui perçoivent des fonds pour le financement des centres de formation des apprentis (CFA).

L’organisme accompagne des politiques de formation et d’alternance en assurant la veille et la transparence des règles de prise en charge en matière de formation professionnelle, lorsque les prestataires perçoivent un financement public. Il émet également des recommandations sur divers sujets ayant trait à la formation professionnelle et à l’apprentissage ainsi qu’à leur articulation avec l’emploi comme la qualité des formations effectuées, notamment au regard de leurs résultats en matière d’accès à l’emploi et à la qualification.

Opérateur de compétences et commissions paritaires interprofessionnelles régionales

Opérateurs de compétences

Image en lien avec la réforme de la formation professionnelle

L’agrément des opérateurs de compétences est en cours et se poursuivra jusqu’au 1er avril 2019 avec la réforme de la formation professionnelle de 2018. D’ici cette date, les anciens Organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA) continuent à délivrer leurs services aux entreprises et aux salariés.

Les Opco collectent les contributions conventionnelles décidées par des branches professionnelles ainsi que les contributions volontaires des entreprises.
Ils ne collectent pas la contribution légale relative à la formation professionnelle et à l’apprentissage, qui est dorénavant réalisée par les Urssaf.

Les missions des Opco sont diverses :

  • Prise en charge des actions de financement des frais pédagogiques et frais annexes des actions de reconversion ou de promotion par l’alternance.
  • Participation au financement, sous certaines conditions, des contrats de professionnalisation des demandeurs d’emploi (âgés de vingt-six ans et plus).
  • Prise en charge des actions pour maintenir un jeune en Centre de formation d’apprentis (CFA), suite une rupture de contrat d’apprentissage.
  • Assurer un service de proximité au bénéfice des TPE-PME, afin d’améliorer l’accès des salariés à la formation professionnelle.
  • Assurer la promotion des formations sur le poste de travail à distance auprès des entreprises.

Commissions paritaires interprofessionnelles régionales

Image représentant la réforme professionnelle de formation

Les Commissions paritaires interprofessionnelles régionales (CPIR) sont confiées aux partenaires sociaux et devront être agréées par l’Etat. Elles ont notamment la gestion et le financement des projets de transition professionnelle et le suivi de la mise en œuvre du Conseil en évolution professionnelle (CEP) sur le territoire régional.

Réforme de la formation professionnelle : actions de formation

Actions de formation et réforme de la formation professionnelle

Avec la présente réforme de la formation professionnelle, l’action de formation se caractérise ainsi :  » l’action de formation se définit comme un parcours pédagogique permettant l’atteinte d’un objectif professionnel […] Elle peut être réalisée en tout ou partie à distance. Elle peut être réalisée en situation de travail« . Ces actions de formation regroupent les bilans de compétences, les actions permettant de faire valider les acquis de l’expérience, les actions de formation par apprentissage.

Le plan de développement des compétences remplace le plan de formation de l’entreprise et permet aux salariés de suivre des actions de formation à l’initiative de leur employeur (contrairement au CPF à leur initiative propre). A partir du 1er janvier 2021, une certification « qualité » sera obligatoire pour les organismes de formation dans le cadre d’une action de formation financée par les fonds publics ou mutualisée de la formation professionnelle (exemples ; Etat, Région, Opérateurs de compétences, etc).
Actuellement et jusqu’à fin 2020, c’est le cadre qualité actuel avec Datadock qui est utilisé.

Réforme de la formation professionnelle et apprentissage

Apprentissage et réforme de la formation professionnelle

Le contrat d’apprentissage est désormais ouvert aux personnes de 16 à 29 ans révolus, La durée devient modulaire : la durée sera plus ou moins importante selon les acquis antérieurs (durée minimale fixée à 6 mois, durée maximale à 3 ans avec possibilité de prolongation en cas d’échec à l’examen)

Un nouveau régime juridique des CFA est également en cours. Les CFA existants ont jusqu’au 31 décembre 2019 dans le cadre de la certification « qualité ». Une dérogation à cette obligation est prévue pour les établissements d’enseignement supérieur sous certaines conditions. Les CFA vont être confrontés à l’ouverture à la concurrence dès le 1er janvier 2020,

D’autres dispositions sont à signaler au niveau de l’apprentissage comme la revalorisation de la rémunération des apprentis ou encore la sécurisation des possibilités de mobilité des apprentis.

Concernant l’alternance adultes, on assiste à la suppression des périodes de professionnalisation et à la création de Pro-A, permettant aux salariés (en CDI ou contrat unique d’insertion) les moins diplômés d’accéder à des formations en alternance, qui seront longues et qualifiantes.

Apollo Formation : nos formations éligibles au compte personnel de formation (CPF)

Cet article Réforme de la formation professionnelle : les évolutions est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
Le compte personnel de formation avec la réforme sur la formation professionnelle de 2018 https://www.apollo-formation.com/actus/conge-personnel-formation-reforme-2018.html Wed, 20 Feb 2019 09:45:31 +0000 https://www.apollo-formation.com/?p=28628 Avec la réforme de la formation professionnelle de 2018, le compte personnel de formation (CPF) donne la possibilité à un salarié de suivre une formation, tout au long de sa vie active. Le compte personnel de formation est intégré au compte personnel d’activité (CPA). Le CPA est constitué de 3 comptes : le compte personnel de … Continuer Le compte personnel de formation avec la réforme sur la formation professionnelle de 2018

Cet article Le compte personnel de formation avec la réforme sur la formation professionnelle de 2018 est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
Avec la réforme de la formation professionnelle de 2018, le compte personnel de formation (CPF) donne la possibilité à un salarié de suivre une formation, tout au long de sa vie active.

Le compte personnel de formation est intégré au compte personnel d’activité (CPA). Le CPA est constitué de 3 comptes : le compte personnel de formation (CPF), le compte professionnel de prévention (C2P) et le compte d’engagement citoyen (CEC).

Le compte personnel de formation stipule les droits acquis par le salarié du début de sa vie active et jusqu’à son départ à la retraite, ainsi que les formations dont le salarié peut bénéficier à titre personnel.

Les grandes lignes du compte personnel de formation  

Qui est concerné par le compte personnel de formation ?

Illustration du compte personnel de formation

Les personnes concernées par le compte personnel de formation sont l’ensemble des salariés de l’entreprise, quel que soit le type et la durée de son contrat de travail. Ce dispositif s’adresse également au fonctionnaire, au membre d’une profession libérale, au membre d’une profession non salariée, au conjoint collaborateur, à la personne en recherche d’emploi.

Quelles sont les formations concernées par le compte personnel de formation ?

Sont notamment concernés par le compte personnel de formation, les formations en matière :

  • d’acquisition d’une qualification (exemple : diplôme) ;
  • d’acquisition d’un socle de connaissances et de compétences ;
  • d’accompagnement pour la validation des acquis de l’expérience ;
  • de réalisation d’un bilan de compétences

A noter que le compte personnel de formation peut également permettre de financer le permis B sous certaines conditions comme le fait que cette obtention doit permettre de réaliser un projet professionnel ou de favoriser la sécurisation du parcours professionnel du demandeur.

L’alimentation du compte personnel de formation

Compte personnel de formation ainsi que son alimentation

Depuis le 1er janvier 2019, le compte personnel de formation est alimenté en euros et non plus en heures à la fin de chaque année proportionnellement au temps de travail réalisé par le salarié dans l’année, dans la limite d’un plafond. Le compte est alimenté de 500 euros par année de travail, dans la limite de 5.000 euros.

Utilisation du compte personnel de formation

L’utilisation du compte personnel de formation découle de l’initiative du salarié qui prend seul l’initiative et l’employeur ne peut intervenir dans ce cadre.

Concernant les heures de DIF acquises et non utilisées, elles doivent être mobilisées en priorité jusqu’au 31 décembre 2020. Le salarié doit effectuer sa demande d’autorisation en amont, auprès de son employeur. Il dispose de :

  • 60 jours calendaires avant le début de la formation si sa durée est inférieure à 6 mois ;
  • 120 jours calendaires avant le début de la formation si sa durée est supérieure à 6 mois.

Ensuite, l’employeur dispose d’un délai de 30 jours calendaires pour répondre au salarié. En cas de non réponse suite à l’expiration de ce délai, la demande de formation est considérée comme acceptée.

L’accord de l’employeur n’est pas nécessaire si le salarié utilise ses droits de formation en dehors du temps de travail.

Compte personnel de formation et rémunération

Compte personnel de formation et rémunération

Les heures consacrées à la formation pendant le temps de travail constituent un temps de travail effectif. La rémunération du salarié est conservée durant les heures de formation. En revanche, les heures de formation réalisés sur le temps libre du salarié, ne sont alors pas rémunérées.

Un service dématérialisé gratuit en ligne permet au titulaire de compte de connaitre le montant des droits qu’il a acquis et de s’informer sur les formations éligibles. Cette base est notamment alimentée par les organismes de formation.

La création du compte personnel de formation de transition professionnelle

Illustration du compte personnel de formation

Le compte individuel de formation (CIF) cède la place au compte personnel de formation de transition professionnelle. Le financement des CIF a fait l’objet d’un engagement par un OPACIF avant le 31 décembre 2018. Il s’agit d’une modalité particulière de mobilisation du compte personnel de formation, qui permet aux salariés souhaitant changer de métier ou de profession de financer des formations certifiantes en rapport avec leur formation professionnelle, tout en bénéficiant d’un congé spécifique si la formation est effectuée durant le temps de travail.

La réforme de la formation professionnelle de 2018 précise que la rémunération du bénéficiaire du projet de transition professionnelle est alors versée par l’employeur qui est remboursé par son Opérateur de compétences (OC) dans des conditions qui seront fixées par décret et prendront en compte la situation des entreprises de moins de 50 salariés.

Le compte personnel de formation de transition professionnelle est ouvert au salarié qui :

  • justifie d’une ancienneté minimale, fixée par décret. Toutefois, cette condition ne sera pas nécessaire en cas de changement d’emploi du salarié ou à la suite d’un licenciement pour motif économique, et qui n’aura pas suivi d’action de formation entre le moment ou son licenciement est prononcée et celui de son réemploi ;
  • est accompagné par un prestataire délivrant le conseil en évolution professionnelle (CEP) qui est un nouveau dispositif permettant à chaque actif de disposer d’une prestation en matière de conseil à propos du projet professionnel.

La durée du projet de transition professionnelle équivaut à la durée de l’action de formation choisie. Le CIF ne peut avoir une durée supérieure à 1200 heures. Les frais en charge sont pris en compte par l’OC dont relève l’entreprise du salarié.

Retrouvez nos formations Apollo éligibles au CPF.

Cet article Le compte personnel de formation avec la réforme sur la formation professionnelle de 2018 est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
Social media marketing : facteur de développement pour les entreprises https://www.apollo-formation.com/actus/social-media-marketing-developpement-entreprises.html Thu, 14 Feb 2019 15:43:20 +0000 https://www.apollo-formation.com/?p=28605 Le marketing est en évolution continue avec les nouvelles technologies. Malgré la présence des médias sociaux qui sont déjà bien installés dans le paysage, un grand nombre d’entreprises ne se sont pas encore posé la question. Le social media marketing (ou marketing des réseaux sociaux) consiste en un type de marketing qui se décline sur … Continuer Social media marketing : facteur de développement pour les entreprises

Cet article Social media marketing : facteur de développement pour les entreprises est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
Le marketing est en évolution continue avec les nouvelles technologies. Malgré la présence des médias sociaux qui sont déjà bien installés dans le paysage, un grand nombre d’entreprises ne se sont pas encore posé la question.

Le social media marketing (ou marketing des réseaux sociaux) consiste en un type de marketing qui se décline sur les plateformes de médias sociaux. Ce concept renvoie à un panel d’activités très variées qui ont uniquement les médias sociaux en commun. Une grande partie des stratégies adoptées sur les médias sociaux ne sont pas exclusives : il s’agit en réalité d’adapter les anciennes recettes à de nouveaux types de médias.

Le social media marketing ne fonctionne pas pour l’ensemble des entreprises et doit s’intégrer dans sa stratégie globale. En fonction de sa cible, l’entreprise doit définir sa présence sur les différents réseaux sociaux et adapter son message. Le travail préparatoire en amont permet de déterminer les personas.

Social media marketing : les atouts en entreprise

Social media marketing et visibilité sur le web

Illustration relative au social media marketing

Le social media marketing permet diverses possibilités pour la plupart des entreprises, mais nécessite du temps et ne se résume aucunement au simple fait de juste poster quelques messages.

Diverses stratégies existent en matière de social media marketing. Les réseaux sociaux sont un tremplin pour développer la visibilité et l’e-réputation d’une entreprise sur Internet. A l’appui du principe de viralité de l’information, c’est un moyen de se faire connaitre, notamment de ses clients et de ses partenaires. Le social media marketing peut également être utilisé afin de conquérir de nouveaux clients et fidéliser les actuels, dans le cadre d’une action commerciale. Avec ces plateformes, une relation de proximité voit le jour et les échanges sont facilités. Cela engendre des gains pour la structure, en termes d’efficacité et de rapidité.

Le Social Media Optimization (SMO) ou optimisation pour les médias sociaux correspond à l’entreprise. Ce référencement social va générer du trafic et améliorer la visibilité de l’entreprise sur les moteurs de recherche.

 social media marketing formation logo Nous proposons une formation sur le social media marketing, à travers la compréhension des réseaux sociaux :

Demandez des informations OU Réservez votre formation

Le social media marketing pour une communication instantanée, à moindre coût

Image à propos du social media marketing

Les réseaux sociaux, dans le cadre du social media marketing, permettent de diffuser des contenus en temps réel. L’entreprise peut mettre en place un calendrier de ses publications, à l’appui d’outils de gestion comme Hootsuite.

La publication sur les réseaux sociaux est gratuite contrairement aux médias offline comme la télévision ou la radio. Des campagnes payantes peuvent également être mises en œuvre. Pour remplir ces missions de community management, l’entreprise peut notamment recourir à un community manager, faire appel à un expert de la communication en externe, ou former des salariés en interne.

Social media marketing, community management et actualité de l’entreprise

Social media marketing et blog d’entreprise

Image relative au social media marketing et au blog d'entreprise

La présence sur les réseaux sociaux va permettre la création d’une communauté et de développer l’engagement avec cette dernière. En diffusant des contenus intéressants et originaux qui plaisent à l’internaute, une interaction se crée à travers le partage des publications et les échanges via les commentaires.

Le social media marketing, par le biais des réseaux sociaux permet de communiquer sur l’actualité de l’entreprise. Cela permet d’en savoir plus au sujet de l’entreprise et ce type de contenus peut intéresser les internautes. Le réseau social peut par exemple être lié au blog de l’entreprise. Une fois qu’un article est publié sur le blog, il est judicieux de le partager puis repartager régulièrement sur les réseaux sociaux. L’internaute ne sera pas forcement présent à l’instant T de la publication, d’où l’intérêt de relayer à nouveau l’information. Il est conseillé de varier les jours et horaires de ces republications. Le fait de partager des articles sur les réseaux entraîne des visites sur le blog. En plus de ces partages, créer du contenu intéressant sur les réseaux sociaux est une source de trafic supplémentaire pour le site web.

Social media marketing : le cas du community manager

Illustration représentant le social media marketing et le community management

Les médias sociaux font partie intégrante de la stratégie de communication des entreprises souhaitant mettre en place une relation durable avec leur clientèle. Dans le cadre du pilotage de la stratégie digitale, les entreprises rivalisent pour attirer les talents. Le Social Media Strategist est un stratège du web se positionnant entre l’opérationnel et le stratégique.

De nombreux métiers sont associés aux réseaux sociaux. Prenons le cas du community manager ou du responsable éditorial qui vont évoluer sur l’élaboration du calendrier éditorial, en s’appuyant sur un bon niveau linguistique et une maîtrise des codes de la culture web, ainsi qu’une forte créativité.

Le rôle du community manager a considérablement évolué. Ce dernier n’est plus seulement animateur de communautés, et doit notamment gérer des budgets publicitaires, analyser ses actions pour maximiser ses résultats. D’une part, la profession se complexifie et attire de nouveaux profils, à travers de nouvelles missions plus diversifiées. D’autre part, le community management est perçu par les professionnels de la communication et du marketing comme une nouvelle compétence qu’ils doivent intégrer dans une perspective d’évolution.

Le quotidien du community manager dépend en grande partie de la structure en question. Les missions varient selon le milieu professionnel (agences, institutions publiques, etc). Les entreprises sont de plus en plus exigeantes avec les community managers qui doivent être de véritables « couteaux suisses » : gestion des réseaux sociaux, publicité, référencement, création graphique… Cet élargissement du champ de compétences du community manager peut-être perçu comme un tremplin vers des métiers comme responsable de communication.

Découvrez nos formations Apollo à propos des réseaux sociaux 

Cet article Social media marketing : facteur de développement pour les entreprises est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
Transformation digitale : ses enjeux et interrogations https://www.apollo-formation.com/actus/enjeux-transformation-digitale.html Tue, 29 Jan 2019 10:31:26 +0000 https://www.apollo-formation.com/?p=28578 Dans une société entièrement tournée vers la digitalisation, la transformation digitale apparaît comme un levier de croissance primordial par un grand nombre d’entreprises innovantes. La transformation digitale résulte de l’émergence des nouvelles technologies. Le XXIe siècle est celui de l’ordinateur et de la digitalisation. La révolution engendrée par la transformation digitale concerne tous les systèmes … Continuer Transformation digitale : ses enjeux et interrogations

Cet article Transformation digitale : ses enjeux et interrogations est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
Dans une société entièrement tournée vers la digitalisation, la transformation digitale apparaît comme un levier de croissance primordial par un grand nombre d’entreprises innovantes.

La transformation digitale résulte de l’émergence des nouvelles technologies. Le XXIe siècle est celui de l’ordinateur et de la digitalisation.

La révolution engendrée par la transformation digitale concerne tous les systèmes informatiques. On peut citer notamment l’imprimante 3D, les logiciels de relation client, les services dématérialisés et outils de gestion en ligne.

Transformation digitale, qu’en est t-il?

La transition digitale répond en fait à des enjeux stratégiques majeurs et est un vecteur d’accélération de l’innovation. Elle améliore les performances des organisations, en réinventant les relations clients/partenaires et en décloisonnant les services.

Transformation digitale et importance de la formation

La transformation digitale nécessite de repenser en profondeur l’organisation de l’entreprise et il est indispensable de l’incorporer dès la création du projet en anticipant, afin d’éviter des coûts humains et financiers supplémentaires.

La formation des futurs managers tient une place fondamentale, afin de répondre à cette transformation digitale. Les technologies de l’information et de la communication font partie intégrante du quotidien des salariés.

Au niveau des entreprises, la transformation digitale va plus loin en altérant leurs modèles économiques, ainsi que le rapport au travail des employés.

Cette transformation digitale lève les barrières spatiales et temporelles et facilite les interactions, tout en donnant la possibilité de rester connecté en mobilité, ce qui peut permettre des pratiques comme le télétravail dans une société digitale.

groupement d’icônes représentant le foisonnement technologique Nous proposons une formation sur la culture digitale en entreprise, les grandes tendances et les nouveaux modes de travail :

Demandez des informations OU Réservez votre formation

Le conduite de la stratégie digitale

La transformation digitale en entreprise

Le directeur de la stratégie digitale conduit le mouvement et met en place l’analyse en la matière. Ces cadres se trouvent à mi-chemin entre l’informatique et l’économie.

Selon Gartner, 90 % des entreprises disposeront d’un Chief Data Officer d’ici fin 2019. Cependant, le cabinet d’études ne pronostique le succès que pour la moitié d’entre eux. En effet, ces profils, au cœur de l’information dans l’entreprise, se concentrent sur la création de valeur et la génération de revenus, la maîtrise de la dépense, la prévention des risques, la mauvaise connaissance des données dans l’organisation.

La transformation digitale des entreprises est également un support d’accélération du changement. Cette transformation digitale impacte positivement la performance financière, l’efficacité de la prise de décision et l’amélioration de l’expérience client. Un défi de taille est actuellement de transformer les données en connaissances et offrir des expériences clients et des modèles économiques nouveaux ou évolués.

La transformation digitale et l’Intelligence Technology

Trabsformation digitale et Intelligence Technology

La conception des outils digitaux doit se faire de manière à ce qu’ils puissent facilement évoluer. La majeure partie du travail de digitalisation de l’Intelligence Technology a pourtant consisté pendant longtemps à minimiser le changement. L’entreprise veut en effet disposer de données fiables et vérifiables, par exemple en matière de paiements ou de gestion des ressources humaines.

Les systèmes apparus à la fin des années 90, comme ERP ou GRC, ont besoin de stabilité. Dès lors qu’on souhaite digitaliser ce type de produits, on permet davantage de création de valeur. Plus ces produits digitaux évoluent dans un processus d‘amélioration continue, plus leur capacité d’engagement augmente.

Cela est par exemple perceptible dans l’industrie du média, avec l’attrait actuel pour la réalité augmentée ainsi que la réalité virtuelle. La transformation digitale dépasse le simple cadre des produits digitalisés et des services et concerne également les processus qui permettent de les créer, gérer puis enfin livrer. L’Intelligence Technology intervient dans ce cadre car de nombreuses technologies sous-jacentes doivent aussi être fongibles.

On peut prendre le cas du déploiement de Microsoft Exchange au sein d’une entreprise sans prendre en compte la fongibilité de l’outil : tout fonctionnera convenablement, aussi longtemps que tous les utilisateurs utiliseront le même système, avec PC Windows et clients Microsoft exclusivement.

Les interrogations en matière de transformation digitale

Image illustrant la transformation digitale

Les entreprises évoluent désormais dans un monde profondément digital auquel il faut s’adapter. La transformation digitale d’une entreprise repose sur diverses étapes et interrogations à se poser.
La prise en compte des enjeux numériques dans la stratégie globale ne peut se réaliser sans l’adhésion de la direction, en amont.  Cette adhésion nécessite une sensibilisation forte au Digital, au préalable. Le fait d’observer des grands patrons utiliser et valoriser leur entreprise au travers de leur présence personnelle sur des outils digitaux (par exemple : Laurent Vimont de Century21 sur Twitter) est un témoin d’adhésion.


Il peut être complexe pour une entreprise d’avoir une vision précise sur le stade de maturité des démarches actuellement menées en matière de transformation digitale.

En effet, les équipes évoluent mais cela est primordial pour pouvoir identifier les priorités et éventuels obstacles. En cas d’externalisation de la compétence digitale de l’entreprise, celle-ci doit être cadrée et accompagnée.

Un certain nombre d’entreprises ont activé de nombreux leviers digitaux sans prendre le temps de réfléchir sur les objectifs de l’action et notamment les enjeux et usages actuels liés aux médias sociaux. A titre d’exemple, le fait d’être présent sur Facebook n’est pas une fin en soi dans le cas où toute la dimension que cela inclut n’est pas prise en compte.
Plusieurs interrogations se posent lorsqu’il s’agit de traiter d’entreprise numérique. Par exemple, faut-il, au sein des départements métiers, des experts digitaux dans un cadre d’accompagnement ? Faut-il « filialiser » le digital pour gagner en souplesse dans la logique de fonctionnement ? Pour répondre à ces questions, un audit interne détaillé est nécessaire, notamment en matière organisationnelle, managériale et de  dispositifs.

In fine, la question centrale est clairement de savoir si la digitalisation de l’entreprise est en adéquation avec les usages actuels des cibles visées.

 

Notre formation Apollo en tendances IT

Cet article Transformation digitale : ses enjeux et interrogations est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
Internet des Objets : des enjeux considérables pour les entreprises https://www.apollo-formation.com/actus/internet-objets-entreprises.html Thu, 24 Jan 2019 08:53:14 +0000 https://www.apollo-formation.com/?p=28557 L’internet des objets (IoT) influe sur nos habitudes de travail et entraine une grande connectivité entre les individus et les périphériques. Cette révolution dans notre rapport à la technologie est perceptible au niveau des particuliers et des entreprises. Ces objets sont de plus en plus présents dans notre quotidien, en tant que consommateurs (exemples : réfrigérateurs … Continuer Internet des Objets : des enjeux considérables pour les entreprises

Cet article Internet des Objets : des enjeux considérables pour les entreprises est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
L’internet des objets (IoT) influe sur nos habitudes de travail et entraine une grande connectivité entre les individus et les périphériques.

Cette révolution dans notre rapport à la technologie est perceptible au niveau des particuliers et des entreprises. Ces objets sont de plus en plus présents dans notre quotidien, en tant que consommateurs (exemples : réfrigérateurs connectés, compteurs électriques connectés,…).

Avec la forte croissance du nombre d’appareils, le volume des données a augmenté de manière exponentielle (réseaux sociaux, vidéos, objets connectés,…). Le Big Data issu de l’Internet des objets est une source de richesse considérable pour les entreprises.

L’internet des objets doit répondre à des défis de taille

Internet des objets et données 

Image relative à l'Internet des objets

Selon les estimations de Juniper Research, le marché de l’Internet des objets devrait concerner 38,5 milliards d’objets connectés d’ici à 2020, ce qui représente un potentiel immense pour les entreprises qui doivent s’adapter aux évolutions du marché technologique.

Outre les nombreuses start-ups dédiées à l’Internet des objets, les entreprises traditionnelles prennent également cette direction en collectant des données par le biais de leurs produits pour générer du revenu via la vente de nouveaux services comme la gestion à distance.

La voiture connectée  est une illustration concrète de la tendance de l’Internet des objets. La valeur ajoutée d’une entreprise réside dans la valorisation de la donnée qui doit pouvoir lui être accessible.

Avec l’Internet des objets, le système d’information des entreprises doit veiller à limiter des temps d’arrêt et faire face au défi du flux mutuel de données lié à ces appareils.

La donnée devient un enjeu financier indispensable, dans le cadre de ce changement de business model. Le rapport à la donnée est modifié progressivement, passant d’un stade d’information utile à une source de richesses à fort potentiel pour les entreprises.

Internet des objets et sécurisation des données

Image en lien avec l'Internet des objets et la cybersécurité

La priorité relative aux objets connectés concerne aujourd’hui leur sécurisation afin de lutter contre divers types d’incidents (espionnage, prise de contrôle des objets ,…).

Les incidents de ce type sont légions et les données attisent de nombreuses convoitises. Sécuriser ces données passe par la mise en place d’une politique en matière de gestion, pour préserver et sécuriser les informations confidentielles.

L’Internet des objets s’est élargi à tous les niveaux, allant jusqu’aux services de directions des entreprises. La protection des données ne se joue plus en huit clos car une grande partie des outils ou applications les gérant sont exécutés sur un système lié à des cloud externes comme cela est le cas pour Amazon par exemple.

Une politique de récupération des données doit également être mise en œuvre pour l’Internet des objets. Cela peut notamment s’articuler autour de la règle 3-2-1 consistant à conserver 3 copies différentes de ses données, sur 2 supports différents (dont un emplacement hors site).

L’impact de l’Internet des objets sur l’organisation des entreprises en matière de Cloud

Image en lien avec l'Internet des objets en entreprise

L’Internet des objets a également un fort impact sur l’organisation des entreprises. Il y a une divergence dans la manière d’aborder cette question au sein des entreprises. Pour certaines, l’Internet des objets est vu comme le prolongement classique de l’intelligence technology tandis qu’il s’agit de provoquer une rupture entre la direction des systèmes d’information (DSI) et les directions métiers pour d’autres entreprises.

Outre la sécurisation des données, l’Internet des objets représente un défi de taille pour les entreprises tant au niveau de la collecte et l’exploitation massive des données que de leur infrastructure qui doit évoluer afin de tenir compte de différentes formations (puissance, disponibilité, volume)

Les entreprises s’interrogent sur leur stratégie cloud, d’autant plus que les frontières entre les divers types de cloud (public, privé, hybride) se réduisent.

objets connectés Nous proposons une formation sur les concepts, enjeux, et nouvelles fonctionnalités de l’Internet des objets :

Demandez des informations OU Réservez votre formation

Internet des objets, cybersécurité et intelligence artificielle

Image symbolisant l'Internet des objets et l'intelligence artificielle

 

La tendance à propos des attaques sur les objets connectés s’est accentuée et se confirme pour 2019. Les fournisseurs d’objets connectés doivent intégrer la notion de cybersécurité au cœur de leur fonctionnement afin de lutter contre des phénomènes de hacking. La sécurité est parfois reléguée au second plan dans le processus de fabrication, pour maintenir des coûts peu élevés ou du fait que les entreprises ne sont pas expertes en la matière.

Cette pratique est très risquée car il suffit d’un périphérique non-sécurisé pour mettre en péril tout un réseau informatique et les données associées. Il demeure par exemple fréquent que les constructeurs attribuent le même mot de passe par défaut à tous leurs objets connectés.

Outre les aspects relatifs au mot de passe, la mise à disposition régulière de patchs et de mises à jour sont indispensables. En effet, certains constructeurs utilisent des versions de logiciels obsolètes, ce qui rend les objets davantage vulnérables.

Faire appel à des experts en sécurité tels que des pirates éthiques qui avertissent les entreprises suite à la détection de failles, permet de s’assurer que la couche de sécurité inclue dans l’appareil est suffisante.

La cybersécurité est un processus continu tout comme la lutte contre la cybercriminalité, qui dépassent le stade de la conception de l’objet connecté et de l’Internet des objets. Un grand nombre d’éléments malveillants apparaissent quotidiennement, le propriétaire de l’appareil devra rester donc vigilant, en s’assurant de la sécurité de ce dernier tout au long du cycle de vie.

Dans un futur proche, recourir à l’Intelligence Artificielle (IA) pour identifier et bloquer les menaces à la vie privée deviendra indispensable dans le cadre de l’Internet des objets. L’IA va tenir une place centrale à l’avenir en collaboration avec l’humain qui interviendra dans le cadre d’analyses plus poussées.

Cet article Internet des Objets : des enjeux considérables pour les entreprises est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
Big Data : enjeux, systèmes utilisateurs et cybersécurité https://www.apollo-formation.com/actus/big-data-utilisateurs-cybersecurite.html Mon, 21 Jan 2019 11:15:26 +0000 https://www.apollo-formation.com/?p=28529 La notion de Big Data est un concept relatif au fait que les entreprises sont confrontées à des volumes de données à traiter de plus en plus conséquents et présentant de forts enjeux notamment commerciaux, marketing, et éthique.  Le Big Data est la nouvelle réalité de l’économie numérique et doit être considéré par les entreprises dans … Continuer Big Data : enjeux, systèmes utilisateurs et cybersécurité

Cet article Big Data : enjeux, systèmes utilisateurs et cybersécurité est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
La notion de Big Data est un concept relatif au fait que les entreprises sont confrontées à des volumes de données à traiter de plus en plus conséquents et présentant de forts enjeux notamment commerciaux, marketing, et éthique. 

Le Big Data est la nouvelle réalité de l’économie numérique et doit être considéré par les entreprises dans un cadre de création de valeur. S’approprier la data, c’est laisser le champ libre à des opportunités semblant infinies.

Comment s’approprier et utiliser la data afin de se préparer au futur qui sera davantage axé sur ce point et répondre aux différents enjeux ?  Réponse dans notre article.

Les enjeux du Big Data

Des données qualitatives

Illustration relative au Big Data en entreprise

Différents enjeux peuvent être soulevés avec l’émergence du Big Data.

La qualité des données, par le biais de l’identification et le nettoyage de la données est essentiel en Big Data.

Avec l’immensité des données, les erreurs au niveau des bases de données doivent être rectifiées du fait d’erreurs humaines notamment, afin de répondre aux standards exigés.

Pour faire face à ces problèmes, des actions de gouvernance de données peuvent aussi être réalisées pour qualifier la pertinence de chaque data et laisser ensuite place à des outils de correction automatique.

La gestion des données en Big Data

Image représentant le Big Data sur fond bleu

Les données sont omniprésentes et se présentent sous différentes formes : chaque base a son format. Le Big Data est davantage une affaire de traitement que de volume, selon certains experts.

Des solutions de gestion et de traitement automatisé existent et sont essentiels pour favoriser l’intelligence de la donnée, comme le fait d’analyser la donnée en temps réel.

image illustrant la formation big data en flat design Nous proposons une formation sur les enjeux, traitements, perspectives, outils et techniques liés au Big Data.

Demandez des informations OU Réservez votre formation

Big Data et protection des données

Image symbolisant le Big Data et la protection des données

Une grande majorité des données collectées par les entreprises à des fins stratégiques sont des données d’ordre privé et provenant directement des comptes utilisateurs.

L’utilisation de ces données se fonde sur une relation de confiance entre l’entreprise et ses clients. Le Big Data s’appuie sur une dimension de sécurité primordiale.

Comme le rappelle le Règlement européen sur la protection des données en Europe, l’entreprise se doit de “sécuriser les données personnelles contre tout traitement non autorisé ou illégal, mais aussi contre la perte accidentelle, la destruction ou l’altération des données personnelles en mettant en œuvre les mesures de sécurité physique, technique et organisationnelle appropriées ».

A l’ère du tout numérique, les procédés d’anonymisation et de protection des données personnelles sont au cœur des préoccupations et représentent des enjeux considérables en matière de liberté et de questions économiques.

Un enjeu de taille est relatif à l’utilisation que les entreprises feront de la data et au respect envers l’humain qui est derrière. La donnée doit accompagner intelligemment les entreprises et doit être un vecteur de création de lien avant tout.

Big Data, systèmes utilisateurs et cybersécurité

Profils et systèmes utilisateurs

Image illustrant le Big Data et les utilisateurs

La survie de nombreuses sociétés Internet est corrélée à des profils utilisateurs précis et complets. Des success stories d’entreprises peuvent être citées à titres d’exemples en matière d’exploitation de profils comme Amazon et Alibaba. Ces firmes ont notamment eu recours à l’apprentissage machine pour filtrer les comportements de navigation de leurs utilisateurs, les modifications de paniers, et la mise en évidence des articles précédemment achetés.

Des systèmes de recommandation ont été développés en interne, annonçant certains produits à certains clients sur la base des données recueillies qui visent à accroître les taux de clic et de ventes.

Concernant les entreprises de ventes de biens de consommation, elles disposent peut-être de moins de data sur le comportement de l’utilisateur. En revanche, elles disposent d’informations utilisateur et de données de transaction, généralement plus fiables.

Cybersécurité et Big Data

Image en lien avec le Big Data et la cybersécurité

Selon un sondage gouvernemental réalisé par MeriTalk le 20 novembre 2018, 90% des entreprises interrogées pensent que le Big Data peut être un moyen de réduire les failles des systèmes d’information et 84% de ces structures ont déjà utilisé le Big Data pour bloquer les cyberattaques.

Traditionnellement, les technologies et les outils utilisés pour prévenir les attaques informatiques ont été davantage réactifs que proactifs. L’efficience des entreprises a été remise en cause à travers de nombreuses fausses alertes. Ces outils traditionnels ne sont pas adaptés au niveau de la bande passante afin de répondre aux grands volumes de données.

Les outils analytiques du Big Data représentent une opportunité majeure pour toute entreprise maîtrisant les technologies modernes en matière de sécurité de données. Ils offrent également aux professionnels de la cybersécurité la capacité d’analyser différents types de données en provenance de sources hétérogènes tout en réagissant en temps réel.

Le Big Data est aujourd’hui un vecteur permettant l’optimisation des stratégies de vente et de marketing à l’appui des données des clients récoltées.

Nos formations Apollo en Big Data 

Cet article Big Data : enjeux, systèmes utilisateurs et cybersécurité est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
La cybersécurité dans les entreprises https://www.apollo-formation.com/actus/cybersecurite-entreprise.html Thu, 17 Jan 2019 10:45:39 +0000 https://www.apollo-formation.com/?p=28508 La multiplication des récentes cyberattaques dans l’actualité nécessite une prise de conscience accrue en matière de cybersécurité au niveau des entreprises. Le risque lié aux cyber-attaques est devenu le deuxième le plus redouté derrière la cessation d’activité et juste devant celui lié aux catastrophes naturelles, selon le baromètre mondial d’Allianz 2018. Les entreprises, y compris celles … Continuer La cybersécurité dans les entreprises

Cet article La cybersécurité dans les entreprises est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
La multiplication des récentes cyberattaques dans l’actualité nécessite une prise de conscience accrue en matière de cybersécurité au niveau des entreprises.

Le risque lié aux cyber-attaques est devenu le deuxième le plus redouté derrière la cessation d’activité et juste devant celui lié aux catastrophes naturelles, selon le baromètre mondial d’Allianz 2018. Les entreprises, y compris celles en pleine expansion, n’ont pas encore adopté toutes les pratiques adéquates pour anticiper et minimiser l’impact d’un cyber-risque.

Les enjeux de la cybersécurité

Tendances de la cybersécurité

Image en lien avec la cybersécurité en entreprise

Selon Jean-Philippe Gaulier, ancien responsable de la sécurité des systèmes d’information (RSSI) au sein du groupe Orange, la stratégie de cybersécurité doit être renforcée par un rôle accru du directeur des systèmes d’information et des budgets consacrés qui doivent représenter 10 % du budget du DSI.

D’après une enquête internationale menée par la société de cybersécurité Kapersky, publiée ce 5 décembre, 36% des RSSI ne parviendraient pas à débloquer les budgets nécessaires à la protection de l’entreprise. Avec la hausse du nombre de cyber-attaques ces dernières années, le budget des RSSI n’a cessé d’augmenter pour atteindre un montant total de 90 milliards de dollars en matière de dépenses au niveau mondial, en 2017.

Cette tendance devrait se confirmer dans les années à venir, à travers notamment l’’acquisition de logiciels de DPL (Data Loss Prevention. Cela s’explique par une tendance à la hausse du risque-cyber et aussi avec l’entrée en vigueur du Règlement général sur la protection des données (RGPD), depuis le 25 mai. Cette législation européenne impose aux entreprises de garantir la sécurité des données de leurs employés, partenaires et clients, sous peine de lourdes sanctions pouvant représenter jusqu’à 4% de son chiffre d’affaires mondial.

illustration relative à la cybersécurité en entreprise Nous proposons une formation sur les concepts, principes, et situations à risques en lien avec la sécurité informatique :

Demandez des informations OU Réservez votre formation

Cybersécurité : différentes phases à mettre en œuvre 

Image relative à la cybersécurité et les différentes phases à mettre en oeuvre

Peuvent être distingués différents outils en lien avec la cybersécurité :

  • des outils « en amont » afin de prévenir d’une éventuelle attaque
  • des outils de détection, pour ceux qui repèrent les anomalies
  • des outils de remédiation ou d’analyse et des outils de correction

Les PME et TPE, n’ayant pas forcément les ressources pour investir dans ces outils, s’appuient sur des prestataires spécialisés pour souscrire à des cyber-assurance.

La sensibilisation des salariés à la cybersécurité

L’importance de la formation à la cybersécurité

Illustration symbolisant la formation en cybersécurité

Outre la dimension budgétaire, la cybersécurité en entreprise passe également par la formation. On peut prendre le cas du groupe Deloitte, qui est l’un des quatre plus gros cabinets d’audit au monde, et qui a pourtant été victime d’une cyberattaque en 2017.comme l’a révélé le Guardian en 2017. Il existe un besoin croissant afin d’inciter les entreprises à déployer des politiques de sensibilisation et de formation.

En matière de cybersécurité en entreprise, la dimension humaine reste encore fortement négligée. Pourtant, l’humain derrière son écran est en première ligne et peut devenir efficace face aux risques informatiques, s’il est réellement sensibilisé à ces enjeux et formé.

En effet, l’utilisateur final, à travers ses mauvaises pratiques, apparaît souvent comme le principal maillon faible de la sécurité informatique.

Il peut d’agir notamment de consultations de pages web douteuses ou de fichiers joints malveillants, qui peuvent infecter un ordinateur.

Près d’une entreprise française sur trois en 2016 estime que ses collaborateurs sont involontairement à l’origine de certaines attaques informatiques subies. Le moyen le plus simple demeure l’utilisation de ressources informatiques d’un utilisateur lambda afin de pénétrer un système d’information.

Les outils et bonnes pratiques de la cybersécurité en interne

La formation des collaborateurs aux bonnes pratiques en matière de cybersécurité peut s’appuyer sur divers outils :

  • charte informatique,pour formaliser les bonnes pratiques
  • sessions d’e-learning,pour former chaque collaborateur à son rythme
  • formations de groupe
  • sessions de live-hacking(répondre à une attaque factice)

Ce travail de sensibilisation et de formation doit suivre quelques règles générales :

  • proposer des contenus en lien avec les usages réels des utilisateurs,
  • se restreindre aux sujets les plus pertinents dans le contexte de l’entreprise, en les approfondissant
  • réaliser un contrôle des acquis en fin de formation

L’utilisateur ne doit être perçu comme le problème, mais plutôt comme l’un des leviers de la sécurité et doit être responsabilisé dans ce cadre.

La croissance liée aux risques cyber pose des interrogations d’ordre juridique. Les entreprises travaillent de plus en plus avec des professionnels de justice dont les huissiers pour établir des constats d’incidents. Ces constats ne sont d’ailleurs pas normés, ce qui génère un réel flou juridique qu’il faut résoudre.

Image en lien avec l'informatique et la cybersécurité

 

Nos formations Apollo en sécurité informatique

Cet article La cybersécurité dans les entreprises est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
Intelligence artificielle : domaines d’application et relation client https://www.apollo-formation.com/actus/intelligence-artificielle-relation-client.html Tue, 15 Jan 2019 08:48:21 +0000 https://www.apollo-formation.com/?p=28477 L’intelligence artificielle (IA) est la mise en œuvre de techniques permettant aux machines de calquer une forme d’intelligence réelle et capacités cognitives jusque-là réservées au cerveau humain, telles que la communication, le raisonnement critique, l’apprentissage en autonomie. Elle est aujourd’hui utilisée dans la relation client.  La notion naît dans les années 1950, dans l’ouvrage Computing Machinery and … Continuer Intelligence artificielle : domaines d’application et relation client

Cet article Intelligence artificielle : domaines d’application et relation client est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
L’intelligence artificielle (IA) est la mise en œuvre de techniques permettant aux machines de calquer une forme d’intelligence réelle et capacités cognitives jusque-là réservées au cerveau humain, telles que la communication, le raisonnement critique, l’apprentissage en autonomie. Elle est aujourd’hui utilisée dans la relation client. 

La notion naît dans les années 1950, dans l’ouvrage Computing Machinery and Intelligence du mathématicien Alan Turing. Le « Test de Turing » consiste à entrer en interaction à l’aveugle avec un autre humain, puis avec une machine programmée pour formuler des réponses sensées. La machine réussit le test et peut être qualifiée d’intelligente si le sujet n’est pas capable de faire la différence.

Champs d’application de l’intelligence artificielle

Toutes les grandes entreprises dans le milieu de l’informatique s’intéressent au cas de l’intelligence artificielle (exemples : Google, Microsoft, Apple, IBM,…) et cherchent à l’intégrer à un domaine particulier. Ces entreprises ont mis en place des réseaux de neurones artificiels composés de serveurs et permettant de traiter de lourds calculs au sein de bases de données très conséquentes. Dans le cadre de ce type d’intelligence, un contrôle rigoureux des avancées et de leurs conséquences potentielles est nécessaire.

L’intelligence artificielle annonce la nouvelle révolution technologique avec des enjeux économiques et sociétaux essentiels. Elle s’est très promptement retrouvée au cœur de la stratégie des géants du digital, que ce soit chez les GAFA ou les BAT (Baidu, Alibaba, Tencent) !

L’intelligence artificielle se retrouve implémentée dans un large champ d’applications.

    • les jeux de réflexion/stratégie (échecs, go…)
    • la recherche mathématique
    • la finance
    • la médecine
    • la perception/interprétation (reconnaissance faciale, compréhension des langues…)
    • la robotique

Intelligence artificielle, Silicon Valley et start-up

Illustration représentant l'intelligence artificielle en entreprise

La nouvelle révolution technologique

Pourquoi parle-t-on de “nouvelle révolution technologique” ? Pourquoi les entreprises veulent intégrer cette intelligence dans leur modèle ? Notre réponse.

Les géants de la Silicon Valley ont réalisé des investissements massifs ces dernières années dans l’intelligence artificielle du fait d’un bénéfice économique immédiat. En guise d’exemple, le filtrage des images violentes sur internet est réalisé à l’appui de la reconnaissance visuelle. L’intelligence artificielle made in Google implante chacun des services, chacun des produits, en passant notamment de Google Photos à Google Home. Le rachat de startups ou entreprises prometteuses, dont la technologie s’appuie sur une forme d’intelligence artificielle, fait partie intégrante de la stratégie des géants de la Silicon Valley.

L’impact de la Silicon Valley sur l’intelligence artificielle

Image symbolisant l'intelligence artificielle et la relation client

Dans ce cadre, les géants américains se sont accaparés d’un nombre conséquent de talents en matière d’intelligence artificielle. Cela est par exemple le cas du Français Yann LeCun, recruté à la tête du Facebook AI Research en 2013. Globalement, outre ces talents, ces firmes cherchent à acquérir des actifs technologiques, des positions sur des marchés émergents, afin de prendre l’avantage sur les nouveaux secteurs qui vont être dopés à l’intelligence artificielle.

L’importances des avantages concurrentiels

En plus des avancées scientifiques de l’intelligence artificielle, deux autres facteurs sont à prendre en compte :

  • Les progrès du matériel et des processeurs avec leur capacité à traiter un nombre gigantesque de données
  • L’apprentissage est crucial pour les intelligences artificielles avec une masse de données de plus en plus importante, qui donne des avantages déterminants aux firmes en question

Digital et intelligence artificielle

Illustration relative à l'intelligence artificielle et aux start-ups

De nombreuses start-ups très prometteuses naissent aujourd’hui en se basant sur des modèles et services intégrant l’intelligence artificielle. Cette IA se propage progressivement dans l’ensemble des secteurs économiques en passant des startups aux grands groupes. Cette révolution est plus complexe à mettre en œuvre pour les acteurs traditionnels dont un grand nombre sont aujourd’hui en mutation digitale. Là où il y a du digital, l’intelligence artificielle sera présente. Une stratégie en matière d’intelligence artificielle est la condition sine qua non d’une stratégie élaborée et réussie, à l’avenir.

Des enjeux divers relatifs à l’intelligence artificielle

Les enjeux économiques sont considérables. « Il y a un marché de production intellectuelle, de service, de transformation économique, dont la croissance moyenne est estimée à deux chiffres pour longtemps encore » estime le premier ministre Edouard Philippe. Des conséquences en matière sociale de cette technologie majeure sont à souligner. Cela devrait modifier l’organisation du travail, De nouveaux besoins de formation, d’accompagnement naissent progressivement.

Intelligence artificielle et relation client

intelligence artificielle 1

A l’ère du numérique et des nouvelles technologies, la relation client est en phase d’évolution continue. L’intelligence artificielle contribue fortement à cette révolution technologique et est la nouvelle tendance de la relation client, avec le machine learning. L’intelligence artificielle des clients permet l’élaboration de stratégies de personnalisation de masse, ainsi que de mieux comprendre les contextes de consommation du client.

Les clients apprécient les solutions d’automatisation qui peuvent simplifier la vie et sont en parallèle davantage exigeants pour les contacts avec un humain. Les bots permettent de renforcer l’autonomie du client et désengorgent les services en réduisant le nombre d’appels entrants. La technologie peut être un support pour le conseiller afin de passer plus rapidement à la résolution du problème. Les conseillers vont devoir être formés à la manipulation de données plus conséquentes, ce qui représente un énorme enjeu.

Les chatbots sont utilisés de manière croissante dans la relation client. Il s’agit de programmes capable de converser avec un internaute. Ce sont donc des supports de conversation et de conversion, permettant un dialogue en ligne et la diffusion d’un message ciblé. Outre ce procédé et après les bots intégrés dans les applications ou dans les messageries instantanées comme Messenger, les voicebots sont en déclic au point d’être en train de devenir le canal privilégié d’une relation client augmentée.

Il faudra aussi compter sur des systèmes de reconnaissance faciale pouvant détecter les émotions du client ou bien l’identifier lors du paiement. Ces systèmes seront intégrés à des bornes vidéo pouvant mettre le client en relation avec un téléconseiller s’appuyant sur les informations fournies par l’IA.

Beaucoup de choses restent à réinventer en matière de relation client, qui s’est appuyé sur un système de réactivité et sur les actions de masse depuis maintenant 30 ans.

 

Cet article Intelligence artificielle : domaines d’application et relation client est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
Emailing : un canal en pleine mutation https://www.apollo-formation.com/actus/emailing-canal-pleine-mutation.html Thu, 10 Jan 2019 09:42:40 +0000 https://www.apollo-formation.com/?p=28412  On le voyait disparaître du fait de certaines mauvaises pratiques de la part des professionnels (envois massifs, messages inadaptés, irrespect des données personnelles,…) mais l’email marketing est encore et toujours présent ! L’emailing est un outil indispensable pour toute entreprise souhaitant communiquer efficacement auprès de ses clients. Il possède un excellent taux d’ouverture, malgré la concurrence … Continuer Emailing : un canal en pleine mutation

Cet article Emailing : un canal en pleine mutation est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
 On le voyait disparaître du fait de certaines mauvaises pratiques de la part des professionnels (envois massifs, messages inadaptés, irrespect des données personnelles,…) mais l’email marketing est encore et toujours présent ! L’emailing est un outil indispensable pour toute entreprise souhaitant communiquer efficacement auprès de ses clients. Il possède un excellent taux d’ouverture, malgré la concurrence et l’avènement des réseaux sociaux.

L’emailing permet à la fois de fidéliser sa clientèle et d’atteindre de nouveaux prospects. Dans le cadre du marketing en ligne, l’un des outils les plus utilisés par les entreprises pour réaliser ce type de campagne demeure l’emailing.  Il s’agit d’établir un lien direct avec chaque client, par le biais d’un envoi massif et ciblé de mails, informatifs ou commerciaux selon le contexte.

Quelques chiffres sur l’emailing et la newsletter

Temps de lecture :

L’emailing B2B ciblé permet d’obtenir ainsi des résultats satisfaisants sur les temps de lecture consacrés aux newsletters.

  • Entre 0 et 2 secondes : 0%
  • Entre 2 et 10 secondes : 44%
  • Plus de 10 secondes : 54%

Ouverture des newsletters :

L’ouverture des newsletters s’effectue de plus en plus sur mobile. L’emailing B2B doit donc intégrer ce facteur, en considérant les mobiles pour faciliter la lecture des newsletters en terme de contenu. Il faut s’adapter au mobile, où la lecture doit être rapide.

  • 30 % à 40 % des ouvertures sur ordinateur
  • 60 % à 70 % des ouvertures sur mobile

Type de support :

  • 22% utilisent les webmails
  • 78% utilisent les logiciels de messageries

Utilisation des logiciels de messagerie :

  1. Apple Mail : 35% (+17% en 3 ans)
  2. GMail : 22% (+14% en 3 ans)
  3. Outlook : 21% (-38% en 3 ans)

Le poids de l’emailing dans une campagne marketing

 

Illustration en lien avec les newsletters et l'emailing

Ce type de campagne s’adapte à tout type d’activité grâce à son aspect agréable et pratique. Ce canal est également très rentable et pratique, d’autant plus qu’il existe plusieurs logiciels spécialisés permettant la réalisation de campagnes en toute simplicité. Dans ce cadre, les logiciels ou offres professionnelles proposées en ligne, présentent des coûts très abordables. L’utilisation d’une base de données à jour, permet aux entreprises de cibler les contacts auxquels elles vont envoyer les mails, de manière cohérente.

L’idée est de proposer un service ou un produit adapté au public ciblé, selon plusieurs critères de sélection prédéfinis, tels que leur âge, leurs habitudes de consommation ou leur situation géographique. Cela permet de diminuer les risques liés à l’utilisation d’adresses mails erronées. Ainsi, le mail est moins intrusif et facilite la lecture des destinataires avec la possibilité de répondre rapidement. Des liens, des images et des animations permettent de rendre les messages plus agréables pour les prospects.

Des plateformes comme Mailpro.com donnent la possibilité de mesurer en temps réel l’impact de la campagne. Les offres présentes sur le marché permettent en général un suivi relatif à l’évolution de la campagne, en établissant les taux de lecture et de retours du public cible.

Différentes solutions pour l’emailing

 

image emailing 1

 

Plusieurs options existent dont des logiciels à installer afin de réaliser soi-même la campagne et des plateformes en ligne, proposant un service complet pour simplifier la  processus, Des solutions telles que Mailpro, Benchmark Email, SendinBlue ou encore E-Missive permettent l’utilisation des outils en ligne et hors-ligne à la fois et l’automatisation du processus, afin de réduire la perte de temps.

L’outil de création de newsletters sur ces plateformes est particulièrement simple d’utilisation car une personnalisation des blocs de texte, des couleurs, de la typographie est accessible pour la mise en page de la newsletter. Plusieurs modèles prédéfinis sont disponibles pour permettre une création rapide.

La primauté de la qualité du contenu

 

emailing 5

 

Dans le cas de campagne d’emailing, la qualité prime sur la quantité. La  personnalisation est essentielle en emailing afin d’avoir une communication plus personnelle suscitant une réponse positive.

Les textes doivent être concis et aller à l’essentiel pour offrir une idée claire. Les destinataires auront plus de chance d’en lire l’intégralité sans considérer avoir perdu leur temps, car la majorité des mails sont à présent lus depuis un appareil mobile.

Un storytelling de l’entreprise peut rendre le message davantage captivant et l’ajout d’un call-to-action, à travers un lien vers une page du site de l’entreprise sera toujours efficace pour générer des retours prompts.

L’intelligence artificielle en emailing

Certains spécialistes du customer relationship management (CRM) tels que Salesforce ou Adobe ont intégré l’intelligence artificielle (IA) dans leur suite. Cependant, cette pratique ne s’est pas démocratisée et la priorité reste l’ajout de nouvelles fonctionnalités. L’intégration d’une IA à l’outil de marketing automation est ardue, notamment pour des raisons de complexité des flux. Actuellement, c’est l’humain et non l’IA qui paramètre les campagnes en anticipant des scénarios personnalisables. Concernant l’IA, « on est plus dans le déclenchement automatisé de tâches qu’autre chose », d’après Sébastien Leboucher, manager dans les technologies et services de l’information.

Concernant Adobe, l’intelligence artificielle Adobe Sensei est utilisée dans le cadre de la gestion des campagnes Adobe Campaign. Selon Lionel Lemoine, solution consultant senior manager chez Adobe, « cette IA permet de faire des recommandations sur les mots-clés qui obtiennent les meilleurs taux d’ouverture ». Le marketeur va pouvoir s’adresser à la population qu’il n’a pas su qualifier en s’appuyant sur des algorithmes auto-apprenant qui vont permettre de peaufiner au mieux les contenus à mesure que ce bassin réagit avec les emailings.

emailing 3

 

Nos formations Apollo en emailing :   

https://www.apollo-formation.com/informatique/webmarketing/mettre-en-place-une-campagne-de-mailing.html

https://www.apollo-formation.com/informatique/webmarketing/newsletter-html.html

 

Cet article Emailing : un canal en pleine mutation est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>