Booster des Talents IT

Lexique IT – Un dictionnaire informatique avec définitions et concepts clés

lettres d'un clavier d'ordinateur

Pas toujours évident de comprendre le vocabulaire du monde de l’informatique. Entre les anglicismes, concepts flous ou le jargon des développeurs, il peut être difficile pour les non-initié·e·s de s’y retrouver. Apollo formation vous propose un petit lexique, quelques définitions et explications de termes pour mieux appréhender le parfois obscur secteur IT.

A / B / C / D / E / F / G / H / I / K / L / M / N / O / P / R / S / T / U / V / W / Z

 

A

Administrateur système : parfois appelée SysAdmin, c’est la personne en charge d’assurer le bon fonctionnement des ressources informatiques. De l’installation au support utilisateur, en passant par le paramétrage et la maintenance des systèmes, ses missions l’amènent à jongler avec les besoins des différents services et métiers.

Agilité : dans une entreprise, l’agilité est la capacité à s’adapter rapidement au changement. Un management dit agile est généralement caractérisé par la mise en action de l’intelligence collective et une certaine auto-organisation des équipes. Des principes qu’on retrouve dans le monde du développement logiciel, où les méthodes agiles ont pris une place centrale : Scrum, eXtreme Programming ou encore Behaviour-driven development (BDD) sont des pratiques agiles très populaires.

Algorithme : c’est une suite finie d’opérations permettant de résoudre un problème. En informatique, les algorithmes sont les instructions données à la machine dans le but de réaliser une certaine tâche.

Analytics : un terme un peu valise qui regroupe toutes les techniques d’analyse de données numériques. Dans un contexte Big Data, on parle de Data Analytics pour désigner les activités qui permettent aux organisations d’étudier de grands ensembles de données.

API : c’est l’abréviation d’« Application Programming Interface », ou interface de programmation en français. Les APIs font partie du quotidien des développeurs : elles leur permettent d’accéder facilement aux services d’un logiciel préexistant. Grâce aux APIs, ils peuvent aisément intégrer ces services dans leur propre logiciel ou application. (A ne pas confondre avec l’Allocation Parent Isolé ou l’Alcoolisation Ponctuelle Importante !)

Application : dans le langage courant, on utilise généralement ce terme pour parler des applications mobiles, pour smartphones. Toutefois, une application désigne tout programme informatique qui sert à réaliser une tâche spécifique à la demande d’un utilisateur. Un éditeur de texte, un navigateur ou un jeu vidéo par exemple sont des applications. A noter que le terme logiciel a un champ sémantique plus large et désigne tout ce qui n’est pas matériel (les parties tangibles d’un ordinateur).

Automatisation : élément central de la transformation numérique, l’automatisation consiste à remplacer les tâches réalisées par des humains grâce à des logiciels informatiques. C’est une des clés de la mise en place d’une démarche DevOps.

 

B

Back-end : Le back-end est la partie en arrière-plan d’un site internet, d’un système informatique ou encore d’un logiciel où les données sont stockées et traitées. Il est en opposition avec le front-end.

Back-office : Partie d’un site web, souvent dotée d’une interface, permettant de gérer ses fonctionnalités, ses contenus, etc. Le back-office n’est pas accessible au visiteur du site.

Backlink : Un backlink est un lien pointant vers une page web mais inséré sur une autre page. Si sur une page A, on insère un lien vers une page B, alors il s’agit d’un backlink de la page B.

Balise : Une balise est une série de caractères permettant de déclencher l’exécution d’une action par un programme informatique. Les plus courantes sont les balises HTML, destinées à la création de pages web (structure et hiérarchisation du contenu).

Base de données : Une base de données (« database » en anglais) est un ensemble d’informations stockées, organisées et structurées afin d’être facilement consultables via un logiciel.

Bêta : La version bêta, ou bêta, désigne la version test d’un produit informatique avant sa commercialisation ou distribution. Elle succède à la version alpha.

Big Data : Le Big Data désigne des ensembles de données si volumineux qu’ils dépassent les capacités d’analyse humaines ou d’outils informatiques classiques de gestion de base de données ou de l’information.

Blockchain : La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’information sans organe de contrôle, supposée plus sécurisée. Elle fut à la base inventée pour le « bitcoin ».

Bot : Un bot est un programme informatique opérant de manière autonome et automatique. Il est souvent utilisé pour discuter avec des humains et effectuer des tâches de manière répétée. « Bot » vient du mot « robot ».

 

C

Cache : Ce terme désigne le fait de stocker du contenu relatif aux recherches effectuées sur les moteurs de recherches dans les bases de données des navigateurs web. Ces données en cache peuvent être utilisées par l’utilisateur afin de rapidement trouver le résultat de sa recherche. Le cache d’un navigateur (ou d’un logiciel) est remis à jour régulièrement.

CAO : un « logiciel de CAO » consiste en un outil informatique de conception permettant de réaliser des objets complexes comme de décrire des objets simples avec une grande précision. Le logiciel en question vise à simuler la forme, le fonctionnement ou le comportement de l’objet dans ses trois dimensions.

Chatbot : Un chatbot est un robot conversationnel capable de répondre à un humain par l’intermédiaire d’une messagerie instantanée, fournissant une réponse immédiate à la demande d’un utilisateur. Il comprend le langage humain, à l’appui de l’intelligence artificielle. On peut distinguer deux types de bots : ceux qui répondent de manière basique à une question posées (FAQ), et ceux qui font appel à une application tierce pour proposer un service (exemple : suivi d’une commande)

Cloud : Le cloud computing est un modèle permettant d’avoir recours à des ressources informatiques et des services à distance à la demande par Internet sans les posséder dans des datacenters).  Au sein du cloud computing, les ressources et services sont partagés, selon un certain quota d’utilisation mesurable, plutôt que via le disque dur de son ordinateur.

CMS : CMS est l’acronyme de content management system, soit, en français, « système de gestion de contenu ». Il s’agit d’un programme informatique s’appuyant sur une base de données et permettant de gérer les éléments relatifs à l’apparence et le contenu d’un site web. Il permet, à des individus, de mettre à jour le contenu d’un site web à partir d’un panneau d’administration. Cette solution donne la possibilité de créer des sites web complexes à coût réduit, grâce aux nombreux CMS Open Source existant sur le marché. On peut citer par exemple WordPress, Drupal ou Joomla! comme CMS OpenSource. Des CMS e-commerce existent également comme Prestashop, qui permet de créer des boutiques en ligne.

Cookie : Ce terme se réfère à l’équivalent d’un fichier texte de petite taille, stocké sur le terminal de l’internaute. Les cookies permettent aux développeurs de sites web de conserver des données utilisateur afin de faciliter la navigation et de permettre certaines fonctionnalités.

CRM : Le CRM (Customer Relationship Management) ou gestion de la relation client, désigne une stratégie de gestion des relations et interactions d’une entreprise avec ses clients ou clients potentiels. Un système CRM permet aux entreprises d’interagir en continu avec les clients, à rationaliser leurs processus et à améliorer leur rentabilité. L’objectif d’un système CRM est d’améliorer les relations commerciales.

Cybersécurité : La cybersécurité consiste en un ensemble de technologies, de processus et de pratiques qui ont pour but de protéger les réseaux, ordinateurs et données contre les attaques, dommages et accès non-autorisés. En informatique, le terme « sécurité » regroupe la cybersécurité et la sécurité physique. Une des problématiques de la cybersécurité tient à la constante et rapide évolution des risques pour la sécurité.

 

D

Datacenter : littéralement centre de données, le datacenter est un lieu regroupant des équipements informatiques (ordinateurs, serveurs, équipements réseaux, baies de stockage…) d’une ou plusieurs organisations. Typiquement, les data centers sont utilisés par les entreprises pour stocker, traiter et organiser de grandes quantités de données. Ils doivent donc répondre à un certain nombre d’exigences en matière de sécurité, surveillance, disponibilité ou encore consommation d’énergie.

Data scientist : c’est le scientifique de la donnée. Comme son nom l’indique, il ou elle est chargé·e d’exploiter des données numériques, via des méthodes scientifiques, en vue d’en tirer une certaine valeur. L’idée étant généralement de prendre des décisions stratégiques éclairées, grâce à une analyse poussée de données brutes et parfois très hétérogènes. Les récents progrès en matière de stockage, traitement ou encore visualisation de l’information ont poussé le métier de data scientist sur le devant de la scène : la Harvard Business Review l’intronise même « job le plus sexy du XXIème siècle ».

Data warehouse : un dernier data pour la route. Le data warehouse, littéralement entrepôt de données est une base de données relationnelle (c-à-d où l’information est organisée en tableaux à deux dimensions, généralement lignes et colonnes, et où les relations entre les données jouent un rôle déterminant en vue de leur exploitation). Les data warehouse sont largement utilisés par les entreprises pour faciliter l’analyse de données et les activités de Business Intelligence.

Déploiement : dans un contexte de projet informatique, le déploiement désigne toutes les activités destinées à rendre un logiciel disponible à l’utilisation. Puisque chaque logiciel a ses spécificités, les processus exacts de déploiement varient d’un projet à l’autre. Grâce aux technologies Cloud, un logiciel peut désormais être déployé chez un grand nombre de clients en seulement quelques minutes. Cette nouveauté a fait émerger une nouvelle forme de déploiement, dit en continu : les cycles de développement sont raccourcis et les tests automatisés, pour que chaque modification du logiciel soit rapidement propulsée vers ses utilisateurs finaux.

Digital : digital learning, marketing digital, économie ou même culture digitale, les exemples d’utilisation du terme ne manquent pas. Elles sont pourtant… toutes fausses ! Du moins si l’on s’en tient à la définition donnée par l’Académie française : l’adjectif digital veut simplement dire « qui appartient, se rapporte aux doigts ». La confusion vient de l’anglais digit, qui signifie « chiffre », et digital, « qui utilise des nombres ». En bon français, il faudrait donc dire « numérique », même si le sujet fait encore débat.

DNS : cet acronyme désigne le Domain Name Service, ou système de noms de domaine. Sans système DNS, il n’y aurait pas de Web tel qu’on le connaît aujourd’hui. En effet, le DNS permet d’associer un nom de domaine (l’adresse d’un site Internet, en .com, .fr, .net…) à une adresse IP. Pour consulter un site, le nom de domaine ne suffit pas : tout matériel réseau connecté à Internet est accessible via une certaine adresse IP. Le DNS est donc une sorte d’annuaire géant associant chaque nom de domaine à une adresse IP, et permettant ainsi la connexion et l’échange de données entre deux ordinateurs ou serveurs.

DSI : le Directeur, ou la Directrice d’ailleurs, du Système d’Information. Au sein d’une organisation, c’est la personne responsable de l’ensemble des ressources informatiques, au sens matériel et logiciel. Postes de travail, serveurs, infrastructures de stockage, de sauvegarde, d’impression, mais aussi applications, données, équipements réseaux ou télécommunications, les DSI gèrent tous les systèmes informatiques nécessaires au bon déroulement des activités de l’organisation. Occupant au départ un rôle essentiellement technique, le DSI est aujourd’hui un acteur clé de la stratégie d’une entreprise et de ce fait souvent subordonné à la direction générale.

 

E

E-commerce : Le e-commerce correspond à de la vente en ligne réalisée par le biais d’un site web marchand.

Éditeur logiciel : Un éditeur logiciel est une entreprise qui conçoit, développe et commercialise un produit logiciel.

ECMA International : ECMA International (European association for standardizing information and communication systems) est une organisation de standardisation dans les systèmes d’information et de communication (ex : langages de programmation, technologies de communication).

ECMAScript : ECMAScript est un ensemble de normes pour les langages de programmation de type script (ex : JavaScript), standardisée par ECMA International.

Ergonomie web : L’ergonomie web est la discipline s’intéressant au confort, à la sécurité et à l’efficacité sur un site web. On l’utilise pour optimiser le parcours de l’utilisateur sur le site en s’intéressant, par exemple, à la facilité d’utilisation, la rapidité d’exécution ou encore la lisibilité.

ERP : De l’anglais Enterprise Resource Planning soit Prologiciel de Gestion d’Entreprise (PGI). Il s’agit d’un logiciel permettant de gérer l’ensemble des processus d’une entreprise. Il intègre ainsi l’ensemble de ses fonctions comme la gestion des ressources, la gestion comptable, la vente, l’approvisionnement, etc.. Il est composé de modules indépendants fonctionnant sous une même base de données.

ESN : Une entreprise de services numérique (ESN) est une société de services experte en nouvelles technologies et en informatique.

ETL : De l’anglais Extract, Transform, Loading soit Extraire, Transformer, Charger. Il s’agit d’un système de chargement de données. Il commence par extraire les données, puis les dénormalise, les nettoie, les contextualise pour enfin les charger. Le but de ce système est d’éviter les erreurs d’informations.

Extension de fichier : L’extension permet d’identifier le type de fichier. Il s’agit de la dernière partie du nom d’un fichier, précédée par un point (ex : .doc).

Extranet : Partie ou extension d’un intranet permettant à une entreprise de communiquer avec ses clients et fournisseurs.

 

F

Firewall : Ce terme désigne un logiciel qu’on installe sur un ordinateur afin de le protéger de toute menace. Il peut inclure ou non un antivirus selon les modèles. Exemples de firewall : Arkoon Network Security, Nortel etc.

Flat webdesign : Le flat webdesign (ou design plat), est un style graphique minimaliste utilisé dans la conception d’interfaces utilisateurs (UI). Le flat webdesign est très présent dans les interfaces web et mobile et renvoie à certains termes qui reviennent souvent : simple, épuré, moderne, etc.

Flux RSS : Les flux RSS (également appelé fil RSS) permettent de suivre l’actualité d’un site sans être obligé d’aller le visiter. Le fichier RSS a la possibilité d’être lu par la plupart des navigateurs web récents, par des applications web spécialisés ou encore par des logiciels installés sur votre ordinateur. Certains sites peuvent reprendre de façon automatique des flux RSS d’autres sites.

Font stack : Le terme font stack (traduction : pile de polices) est relatif à l’ordre d’affichage des polices de caractères. Autrement dit, il s’agit d’une liste ordonnée de plusieurs polices. Sur un site web, si un visiteur ne possède pas la première police de la pile, alors ce sera la deuxième qui sera utilisée. et ainsi de suite.

Framework : En programmation informatique, il s’agit d’un ensemble d’outils et de composants logiciels à la base d’un logiciel ou d’une application. C’est le framework qui établit les fondations d’un logiciel ou son squelette applicatif. Les développeurs utilisant le framework peuvent l’enrichir pour une meilleure amélioration. Il a pour objectif de simplifier et d’uniformiser le travail des développeurs et son utilisation nécessite d’avoir un profil expérimenté. On peut citer les frameworks Java et les framewoks Web.

Front end : Ce terme correspond aux éléments d’un site que l’on voit à l’écran et avec lesquels on peut interagir depuis un navigateur. Les éléments visibles sur un site web sont une combinaison de HTML, CSS et JavaScript. Ces langages de programmation utilisés par le développeur Front End sont interprétés par le navigateur de votre ordinateur pour afficher un résultat visuel. Il s’agit entre autres de polices, de menus déroulants, de boutons, etc.

FTP : Cela désigne un protocole ayant pour objectif le transfert de fichiers présents sur ordinateur vers un serveur, ou l’inverse. Le FTP permet d’envoyer de lourds fichiers incompressibles et qui ne peuvent être envoyés d’une autre façon.

Full stack : Le full stack correspond à l’ensemble des niveaux techniques de la pile des différentes couches qui constituent une application informatique. De façon plus précise, il peut s’agir de la configuration de l’infrastructure matérielle et du système d’exploitation, de la conception et la gestion des bases de données, de la conception du code « back-end » et « front-end » à l’appui de langages tels que Python ou Javascript.

 

G

Génie logiciel : c’est la discipline qui applique au développement de logiciels les principes structurés et hiérarchisés de l’ingénierie. De la conception à la production, en passant par les phases de développement, test et déploiement, le génie logiciel regroupe l’ensemble des activités qui visent à rationaliser la production de logiciels. On parle généralement de génie logiciel dans le cas de projets complexes et de grande envergure (et non pour des programmes ou applications simples).

GNU : un système d’exploitation de type Unix, entièrement libre et dont le développement a démarré en 1984 sous le nom de projet GNU. Généralement, GNU est utilisé avec un noyau Linux, qui alloue les ressources de la machine et communique avec le matériel : cette association constitue le système d’exploitation GNU/Linux, utilisé par des millions de personnes mais souvent appelé simplement « Linux ».

Gouvernance informatique : c’est l’ensemble des méthodes, outils et bonnes pratiques mis en œuvre par la direction d’un système d’information (DSI) afin d’atteindre les objectifs liés à la stratégie de l’organisation. La gouvernance définit ainsi la manière dont le SI participe à la création de valeur et délimite le rôle des différentes parties prenantes.

Green IT : en français « informatique durable » ou encore « numérique responsable », le Green IT désigne le concept visant à réduire l’impact environnemental, économique et social des technologies de l’information. C’est le développement durable, appliqué à l’IT.

GUI : l’acronyme de Graphical User Interface, ou « interface graphique » en français. En informatique, une interface graphique désigne le dispositif de dialogue homme-machine, soit l’ensemble des éléments qui s’affichent à l’écran et permettent à un utilisateur d’interagir avec un logiciel (menus, boutons, fonctionnalités…).

 

H

Hackathon : Le nom « hackathon » provient de la contraction entre « hack » et « marathon ». Il s’agit d’un événement où se rassemblent des personnes afin de collaborer, de rencontrer d’autres profils professionnels, et de produire un prototype souvent numérique.

Header : le terme « header » peut être traduit par « en-tête » en français. Dans un site web, il s’agit de la partie située en haut de la page, qui contient en général le menu et le nom/logo du site.

 

I

Intelligence artificielle : L’intelligence artificielle (IA) est l’expression employée pour désigner des machines capables de simuler de l’intelligence humaine (raisonnement, apprentissage, …), via des programmes informatiques complexes.

Internet : Internet, à ne pas confondre avec le web, est un réseau mondial de réseaux informatiques composés de ressources de télécommunication et d’ordinateurs clients et serveurs. Fondé sur le protocole IP, il permet l’échange de données informatiques.

Intranet : Un intranet est un réseau local et privé utilisé au sein d’une entreprise, utilisant les technologies de l’Internet (e-mails, web, etc.).

ISO : L’International Standard Organisation (ISO), est un organisme de normalisation internationale.

 

K

KPI : Les KPI (Key Performance Indicators) ou indicateurs clés de suivi de la performance, consistent en des regroupements stratégiques de données issues du suivi des interactions et comportement des utilisateurs (tracking) à des fins d’évaluation. Les Kpis se mesurent en taux. Il peut s’agit par exemple du ratio d’utilisateurs par type de terminal (mobile/fixe desktop), du taux d’engagement, du taux de rebond sur une page, du coût au clic, du taux d’ouverture, du taux de réactivité.

 

L

Landing page : La landing page, ou page d’atterrissage, est une page destinée à recevoir des visiteurs et les faire s’engager à quelque chose. Cette page est optimisée en SEO dans le cadre d’une requête particulière, avec un travail sémantique spécifique et un design épuré et rassurant au niveau des éléments. Elle contient des liens internes sur une thématique similaire. Une landing page peut être utilisée dans un contexte de campagne publicitaire et doit inciter à l’action.

Langage de programmation :  il s’agit d’un code de communication, permettant à un individu de dialoguer avec une machine en lui soumettant des instructions et en analysant les données matérielles fournies par le système, généralement un ordinateur. L’activité consistant à rédiger du code source d’un programme est nommée programmation.

Lien hypertexte : un lien hypertexte (ou hyperlien) correspond à un élément placé dans le contenu d’une page Web, et permettant, en cliquant dessus, d’accéder à un autre contenu sur le même site Web (lien interne) ou à un site Web différent (lien externe). Ce lien hypertexte prend généralement la forme d’un texte souligné et d’une autre couleur, et peut également être placé sur une image, un bouton, une photo, etc.

Learning management system (LMS) : cela désigne un logiciel visant à accompagner et gérer un processus d’apprentissage ou un parcours pédagogique. En français, on parle notamment de « plateforme d’apprentissage », ou « système de gestion de l’apprentissage ». Ce type de système informatique propose un espace numérique de travail (ENT) comprenant des tests d’évaluation qui sont soit soumis à validation par l’enseignant, soit proposés comme activités de régulation en auto-évaluation.

Logiciel (ou application) : cela consiste en un programme apportant à l’ordinateur un ensemble de fonctionnalités supplémentaires, qui ne sont pas forcément présentes à l’origine. Un logiciel peut s’installer sur l’ordinateur via un disque (CD, DVD) ou directement en téléchargement sur Internet. Il existe des logiciels gratuits et d’autres payants. Dans l’informatique, on trouve des logiciels dans tous les domaines, (exemples : comptabilité, gestion de projet, enquêtes, etc).

Logiciel libre : il s’agit d’un logiciel qui est distribué selon une licence libre. Un logiciel libre est un logiciel qui peut être utilisé, modifié et redistribué sans restriction par la personne à qui il a été distribué. Les logiciels libres se caractérisent par une certaine fiabilité et réactivité, étant donné qu’ils sont soumis à étude, critique et correction. Mozilla Thunderbird, OpenOffice.org et VLC sont des exemples de logiciels libres.

 

M

Machine Learning : un domaine de l’informatique dérivé de l’intelligence artificielle et qui permet aux systèmes d’« apprendre », sans avoir été programmés à cet effet. Les technologies de Machine Learning, ou apprentissage automatique, absorbent un grand volume de données, afin d’en extraire des modèles de prédiction et de prise de décision.

Matériel informatique : cela désigne tous les éléments tangibles d’un ordinateur ou d’un réseau. Disque dur, carte mère, mémoire RAM, imprimante, écran ou même câble, le matériel (hardware en anglais) se distingue du logiciel (software).

Migration : c’est la transition d’un pan du système d’information ou d’une application vers un nouvel état, une nouvelle version. On parle ainsi de migration lorsque l’on change de logiciel, de technologie ou encore de machine, ce qui implique des problématiques de gestion des données existantes.

MOA : l’abréviation de maîtrise (ou maître) d’ouvrage. Dans un projet informatique, la MOA est une personne ou un groupe qui représente le client, le propriétaire du produit fini. Il définit des objectifs, délais et budgets. Ses responsabilités comprennent ainsi la rédaction du cahier des charges fonctionnel, le choix de la MOE, le pilotage du projet ou encore la validation de la recette fonctionnelle.

MOE : par opposition à la MOA, la MOE (maîtrise d’œuvre) désigne les personnes qui réalisent les projets, qui mettent au point les logiciels, services ou solutions. La MOA est donc chargée de définir ce qu’il faut faire, alors que la MOE définit comment le faire et en assure la réalisation. Ces deux termes ont été emprunté au vocabulaire du bâtiment et des travaux publics.

Multiplateforme : se dit d’un logiciel ou d’une application pouvant être exécuté sur différentes plateformes (une plateforme désignant ici le couple machine-système d’exploitation). Dans le monde du développement mobile par exemple, une application tournant à la fois sur Android et sur iOS est dite multiplateforme.

MVC (Modèle-Vue-Contrôleur) : c’est un motif d’architecture logicielle très utilisé pour la conception d’applications web. Autrement dit, le pattern MVC désigne une façon bien connue et éprouvée d’organiser son application selon trois types de modules : un modèle (qui contient les données à afficher), une vue (ce que l’on voit à l’écran) et un contrôleur (qui fait le lien entre modèle et vue).

 

N

Navigateur web : Un navigateur web est un logiciel permettant de parcourir le web et d’afficher les ressources qui s’y trouvent.

 

O

Open source : On dit open source les logiciels dont le code source est distribué sous une licence permettant de consulter, modifier et redistribuer le logiciel.

Open data : Une donnée ouverte ou open data, est une information brute et publique pouvant être librement consultée et réutilisée.

 

P

Pare-feu : Voir « firewall ».

Peer-to-peer : Le peer-to-peer (P2P, ou pair-à-pair en français) est un système de connexion directe entre postes clients qui ne passe pas par le serveur. Ces réseaux en peer-to-peer permettent notamment le partage de fichiers.

Processeur : Le processeur est un composant qui interprète et exécute les instructions machine. C’est lui qui réalise les calculs permettant une interaction avec l’ordinateur.

Progiciel : Le terme « progiciel » vient de la contraction entre « produit » et « logiciel ». Il s’agit d’un logiciel ou groupement de logiciels/programmes conçu pour un usage très spécifique, pour un domaine d’activité particulier, par exemple.

Protocole : Un protocole (informatique) est l’ensemble des spécifications qui décrivent le déroulement et les règles à suivre lors d’un échange de données. Exemples de protocole : HTTP, FTP, IP, POP.

Plug-in : Un plug-in est un paquet permettant de compléter l’offre de base d’un logiciel en termes de fonctionnalités. Celui-ci ne peut généralement pas fonctionner seul puisqu’il vient étendre un logiciel déjà existant. Un plugin peut également s’appeler différemment selon les cas : plugin, extension, add-in, add-on, …

Programmation : La programmation est le fait d’écrire un programme, dans un langage spécifique, pouvant être interprété puis exécuté par une machine.

Puce : Une puce, en informatique, est une petite plaque de silicium sur laquelle est gravé un circuit électronique. Intégrant un microprocesseur, elle peut réaliser une ou plusieurs fonctions plus ou moins complexes.

Permalien : Le terme « permalien » provient de la contraction entre « permanent » et « lien ». Il s’agit d’un lien souvent utilisé dans le domaine des blogs et qui renvoie vers l’archive d’un article.

Proxy : Le proxy est un programme servant d’intermédiaire entre une machine et un autre réseau (internet principalement). On appelle également proxy le matériel utilisé pour le fonctionnement de ce service.

 

R

Réalité augmentée : La réalité augmentée consiste à afficher des informations virtuelles dans le monde réel par l’intermédiaire d’un smartphone ou de lunettes par exemple. Elle désigne une interface virtuelle, en 2D ou en 3D, qui vient enrichir la réalité en y apportant et superposant des informations complémentaires. Cette technologie fonctionne par l’intermédiaire d’un terminal qui filme le monde réel et y incruste en direct des objets virtuels, animations, textes, données, sons que l’utilisateur visionne à partir de l’écran (exemples : smartphone, tablette tactile, paire de lunettes, casque, etc).

Réalité virtuelle : La réalité virtuelle (en anglais, virtual reality ou VR) est une technologie permettant de plonger un individu dans un monde artificiel créé numériquement. Il peut s’agir d’une reproduction du monde réel ou bien d’un univers totalement imaginaire. L’expérience est à la fois visuelle, auditive et parfois haptique avec la production d’un retour d’effets. La réalité virtuelle est à distinguer du concept de réalité augmentée.

Référencement : Le terme « référencement », lorsque l’on parle d’un site internet, a plusieurs sens. Il peut s’agir de l’inscription du site web dans les moteurs de recherche et les annuaires, qui vont donc le « référencer » dans leurs pages de résultats. Ce terme correspond aussi à l’ensemble des actions et techniques visant à améliorer la position du site internet dans ces résultats de recherche et à en optimiser la visibilité. La notion de référencement naturel fait référence à toutes les techniques utilisées pour améliorer le positionnement du site dans les moteurs de recherche et accroitre sa popularité. Le référencement payant correspond à l’utilisation de publicités comme les campagnes adwords, par exemple.

Réseau informatique : il s’agit d’un ensemble d’éléments informatiques (ordinateur, imprimante, hub, modem..) connectés les uns aux autres. La connexion entre ces éléments peut se faire :de manière physique à travers une connexion filaire avec prise Ethernet ou via des ondes radio avec une connexion sans fil. Un réseau informatique permet de partager des données, des documents, des applications et des imprimantes.

Résolution : ce terme, souvent confondu avec la « définition », détermine le nombre de points par unité de surface, exprimé en points par pouce (en français PPP, en anglais DPI pour Dots Per Inch). A noter qu’un pouce représente 2.54 cm. La résolution permet ainsi d’établir le rapport entre le nombre de pixels d’une image et la taille réelle de sa représentation sur un support physique.

Responsive design : le responsive design englobe les techniques de conception de contenus Internet, proposant des contenus auto-adaptables en fonction des interfaces de consultation utilisées par le visiteur. Dans le cadre du responsive web design, une page web ou une image peut ainsi se redimensionner en fonction de la taille d’écran du terminal utilisé (ordinateur, tablette, smartphone, etc).

RGPD : il s’agit de l’acronyme de « Règlement Général sur la Protection des Données » (en anglais : « GDPR » pour « General Data Protection Regulation »). Il s’agit du Règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016 relatif à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données, Le texte du RGPD peut être consulté sur le site EUR-Lex. Le RGPD impose de nombreuses obligations nouvelles comme des clauses contractuelles détaillées en matière de sous-traitance dans les contrats informatiques.

Robotique : cette notion se réfère à l’ensemble des domaines scientifiques et industriels en rapport avec la conception et la réalisation de robots. Dans le domaine industriel, la robotique produit des automates réalisant des fonctions précises sur des chaînes de montage et concerne également aujourd’hui la recherche scientifique, l’exploration spatiale et les activités de défense militaire ou de maintien de l’ordre. Elle intéresse également le secteur médical, pour les prothèses, les assistances aux chirurgiens ou aux infirmiers, par exemple.

 

S

Script : ce terme désigne, en informatique, un programme en charge de l’exécution d’une action pré-définie quand un utilisateur réalise une action ou qu’une page web est en cours d’affichage sur un écran donné. Un script est une suite de commandes simples et souvent peu structurées, dans une logique d’automatisation de certaines tâches successives dans un ordre précis.

Secure Socket Layer (SSL) : ce concept désigne le protocole de sécurité le plus répandu qui créé un canal sécurisé entre deux machines communiquant sur Internet ou un réseau interne. De manière générale, le SSL est utilisé lorsqu’un navigateur doit se connecter de manière sécurisée à un serveur web. D’un point de vue technique, le SSL est un protocole transparent qui nécessite peu d’interaction de la part de l’utilisateur final.

Sécurité informatique ; elle consiste à protéger les ordinateurs, les serveurs, les appareils mobiles, les systèmes électroniques, les réseaux et les données contre les attaques malveillantes. Avec l’ouverture des systèmes informatiques sur l’extérieur et le rôle de support stratégique tenu désormais par ces derniers, la sécurité informatique est un enjeu majeur aujourd’hui. Avec la multiplication des menaces dont la cybercriminalité, le responsable sécurité informatique doit agir pour prévenir les attaques du type espionnage, vol de données, sabotage, et assurer une protection efficace des biens numériques.

Serveur ; ce terme désigne en informatique le rôle joué par un appareil matériel destiné à offrir des services à des clients en réseau Internet ou intranet. La taille du support physique d’un serveur peut varier selon le nombre d’utilisateurs susceptibles de le solliciter simultanément. Un serveur peut rendre de nombreux services comme notamment la mise en commun des imprimantes, notamment en entreprise, le stockage et la consultation de banques de données, le contrôle des accès dans un cadre de cybersécurité.

Service Oriented Architecture (SOA) : en français, Architecture Orientée Services, le SOA formalise le concept d’échange et de partage inter-application. Le SOA propose de définir les échanges en terme de services. Les principes de base du SOA sont notamment une interface standard, un vocabulaire partagé, ainsi que la mise en relation de composants logiciels clients consommateurs de services avec des composants fournisseurs des susdits services.

Shadow IT : cela se rapporte, dans une entreprise, aux matériels ou logiciels qui ne sont pas pris en charge au sein du service informatique central. L’expression peut revêtir une connotation négative car elle implique que le service informatique n’a pas approuvé la technologie ou qu’il n’est même pas informé de son utilisation par les employés de l’entreprise. Le Shadow IT peut présenter des risques pour la sécurité à partir du moment où les équipements et logiciels non pris en charge ne sont pas soumis aux mêmes mesures de sécurité que les autres technologies de l’entreprise.

Software as a Service (SaaS) : logiciel en tant que Service en Français, est un modèle de distribution de logiciel au sein duquel un fournisseur tiers héberge les applications et les rend disponibles pour ses clients grâce à internet. Le SaaS fait partie des quatre catégories principales de Cloud Computing, tout comme l’Infrastructure en tant que service (IaaS), la Plateforme en tant que Service (PaaS), et le Desktop en tant que Service (DaaS).

Système d’exploitation : cela désigne un logiciel qui pilote les dispositifs matériels et reçoit des instructions de l’utilisateur ou d’autres logiciels ou applications. Ces logiciels doivent être adaptés à un système d’exploitation. Le système d’exploitation gère le ou les processeurs ainsi que la mémoire et a pour but de faite fonctionner les périphériques. Il comporte aussi l’interface avec l’utilisateur, comme par exemple pour l’affichage des fenêtres de navigation.

Système d’information (SI) : il s’agit d’un élément central d’une entreprise ou d’une organisation.  Le SI permet aux différents acteurs de véhiculer des informations et de communiquer en s’appuyant sur des ressources matérielles, humaines et logicielles. Il permet également de créer, collecter, stocker, traiter, modifier des informations sous divers formats.

T

TIC : Le terme TIC (Techniques de l’Information et de la Communication) couvre un large éventail de services, applications, technologies, équipements et logiciels. Il peut s’agir des outils comme la téléphonie et l’Internet, l’e-learning, les télévisions, les ordinateurs, les réseaux et les logiciels indispensables pour employer ces technologies. Les TICE représentent les Technologies de l’Information et de la Communication pour lEnseignement. Elles recouvrent les outils et produits numériques pouvant être utilisés dans le cadre de l’éducation et de l’enseignement.

Tracking : ce terme est relatif à l’action consistant à « pister » un visiteur sur un site web. Il est ainsi possible de connaître l’itinéraire de visite ainsi que les temps et dates de visites. Le tracking peut également concerner l’observation des réactions et actions d’un internaute consécutives à la réception d’un e-mail, a posteriori ou en temps réel.

Traitement de texte : ensemble des techniques informatiques ayant pour but la saisie, la mémorisation, la correction, l’actualisation, la mise en forme et la diffusion d’un texte quelconque (exemples : lettre, CV, courrier). Le traitement de texte permet également un niveau sophistiqué du document à travers notamment la vérification automatique de l’orthographe, la mise en page, la génération automatique de sommaires. Word, de la suite Microsoft Office, est un logiciel de traitement de texte.

Tutoriel : il s’agit d’un guide d’apprentissage permettant à un utilisateur débutant de se former au fonctionnement d’un logiciel, d’un outil, d’un langage informatique, entre autres.

U

UI : l’interface utilisateur (UI) est relative aux éléments d’un appareil informatique avec lesquels un être humain peut entrer en interaction : écran, clavier, souris, caractères lumineux, messages d’aide, etc. L’UI renvoie aussi à la façon pour une application ou un site Web de solliciter les interactions avec l’utilisateur et d’y répondre.

Unicode : Unicode désigne un système de codage utilisé dans le cadre d’échange de contenus à l’échelle internationale, dans différentes langues. L’unicode est développé par le Consortium Unicode, une organisation privée sans but lucratif. L’Unicode fait référence à un codage de caractères sur 16 bits, visant à coder l’ensemble des caractères couramment utilisés dans les différentes langues de la planète en spécifiant un nombre unique pour chacun de ces caractères. Ainsi, l’Unicode regroupe plus de 120 000 caractères.

URL : de l’anglais Uniform Resource Locator, il correspond à l’adresse unique d’un fichier accessible sur Internet. L’URL contient le nom du protocole permettant d’accéder à la ressource, un nom de domaine identifiant un ordinateur sur Internet et un chemin d’accès indiquant l’emplacement du fichier dans cet ordinateur.

UX : User eXperience, en anglais, définit la qualité de l’expérience vécue par l’utilisateur dans toute situation d’interaction. L’UX qualifie l’expérience globale ressentie par l’utilisateur lors de l’utilisation d’une interface ou plus largement en interaction avec tout dispositif ou service. L’’UX s’appuie aussi bien sur l’utilisabilité d’une interface que sur l’impact émotionnel ressenti.

V

Virus informatique : c’est un programme de taille réduite, doté des caractéristiques suivantes : infection, multiplication, possession d’une fonction nocive. La fonction d’infection permet au virus de s’introduire dans des fichiers de programme, dans des fichiers de données utilisant un langage de script, ou dans une partie de la disquette ou du disque dur contenant un petit programme.

VPN : (Virtual Private Network) est un type de réseau informatique qui permet la création de liens directs entre des ordinateurs distants. Le VPN s’appuie sur la création d’un tunnel via un protocole permettant à deux ordinateurs distants de se connecter à un même réseau local. Le VPN gratuit ou payant permet à certains utilisateurs d’accéder à un réseau interne, malgré la distance.

VPS : VPS pour Virtual Private Server est un serveur virtuel que l’utilisateur perçoit comme un serveur dédié, qui est installé sur une machine alimentant plusieurs sites Web. Une même machine peut héberger plusieurs serveurs privés virtuels ayant leur propre système d’exploitation, exécutant le logiciel d’hébergement d’un utilisateur.

W

 

WAI : (Web Accessibility Initiative en anglais ou Initiative sur l’Accessibilité du web) a été lancée en 1997 par le World Wide Web Consortium (W3C). Une des priorités de la WAI est relative à la proposition de solutions techniques pour rendre le World Wide Web accessible aux personnes handicapées et plus largement à toute personne sans nécessiter de pré-requis particulier. Les actions de la WAI concernent différents domaines : les technologies du Web, le développement de recommandations, le développement d’outils, l’information et la formation, la recherche et le développement.

Web : le Web est le terme communément employé pour parler du World Wide Web, ou WWW. Cela fait référence au système hypertexte fonctionnant sur le réseau informatique mondial Internet. Par abus de langage, le Web désigne plus largement tout élément se rapprochant de l’univers Internet.

Wirefarme : cela désigne, dans le domaine du webdesign, le schéma d’une page web ou d’un site web. Ce schéma est utilisé lors des étapes préliminaires à la conception d’une interface web et facilite la communication sur le début du design. Il est simplifié et n’utilise pas de couleurs pour que l’équipe en charge de la conception ne soit pas distraite par les effets visuels. Le but du wireframe est donc d’ajouter, modifier ou supprimer des éléments d’un site web.

Z

Zéro-day : une vulnérabilité zero-day est relative à une faille de sécurité informatique dont l’éditeur du logiciel ou le fournisseur de service n’a pas encore connaissance, ou qui n’a pas encore reçu de correctif. Par extension, on parle d’exploitation zero-day dans le cas où ce type de faille est utilisé par des cyberdélinquants pour lancer des attaques contre des installations vulnérables.

ZIP : ZIP correspond à un format de compression de fichiers très utilisé. Ce format réduit le poids des fichiers sur les unités de stockage (disque dur, clé USB, etc.) ainsi que leur temps de téléchargement. Les fichiers compressés doivent être décompressés afin de retrouver leur forme d’origine. Sur Internet, un grand nombre de programmes sont téléchargeables et permettent de compresser et décompresser des fichiers au format ZIP.

Zoning : le zoning a pour but de définir quels hôtes ont le droit de communiquer avec les nœuds de stockage. Chaque hôte peut être membre de plusieurs zones dans un Storage Area Network (SAN), qui est un réseau spécialisé permettant de mutualiser des ressources de stockage. Le zoning permet à un administrateur de contrôler les divers éléments dans un SAN.