Apollo Formation https://www.apollo-formation.com Le Centre de formation IT des professionnels de l’Informatique à Paris, Lyon, Marseille, Lille, Bordeaux, Toulouse, Aix, Genève Mon, 21 Jan 2019 11:23:03 +0000 fr-FR hourly 1 https://www.apollo-formation.com/wp-content/uploads/favicon-1.png Apollo Formation https://www.apollo-formation.com 32 32 Big Data : enjeux, systèmes utilisateurs et cybersécurité https://www.apollo-formation.com/actus/big-data-utilisateurs-cybersecurite.html Mon, 21 Jan 2019 11:15:26 +0000 https://www.apollo-formation.com/?p=28529 La notion de Big Data est un concept relatif au fait que les entreprises sont confrontées à des volumes de données à traiter de plus en plus conséquents et présentant de forts enjeux notamment commerciaux, marketing, et éthique.  Le Big Data est la nouvelle réalité de l’économie numérique et doit être considéré par les entreprises dans … Continuer Big Data : enjeux, systèmes utilisateurs et cybersécurité

Cet article Big Data : enjeux, systèmes utilisateurs et cybersécurité est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
La notion de Big Data est un concept relatif au fait que les entreprises sont confrontées à des volumes de données à traiter de plus en plus conséquents et présentant de forts enjeux notamment commerciaux, marketing, et éthique. 

Le Big Data est la nouvelle réalité de l’économie numérique et doit être considéré par les entreprises dans un cadre de création de valeur. S’approprier la data, c’est laisser le champ libre à des opportunités semblant infinies.

Comment s’approprier et utiliser la data afin de se préparer au futur qui sera davantage axé sur ce point et répondre aux différents enjeux ?  Réponse dans notre article.

Les enjeux du Big Data

Des données qualitatives

Illustration relative au Big Data en entreprise

Différents enjeux peuvent être soulevés avec l’émergence du Big Data.

La qualité des données, par le biais de l’identification et le nettoyage de la données est essentiel en Big Data.

Avec l’immensité des données, les erreurs au niveau des bases de données doivent être rectifiées du fait d’erreurs humaines notamment, afin de répondre aux standards exigés.

Pour faire face à ces problèmes, des actions de gouvernance de données peuvent aussi être réalisées pour qualifier la pertinence de chaque data et laisser ensuite place à des outils de correction automatique.

La gestion des données en Big Data

Image représentant le Big Data sur fond bleu

Les données sont omniprésentes et se présentent sous différentes formes : chaque base a son format. Le Big Data est davantage une affaire de traitement que de volume, selon certains experts.

Des solutions de gestion et de traitement automatisé existent et sont essentiels pour favoriser l’intelligence de la donnée, comme le fait d’analyser la donnée en temps réel.

image illustrant la formation big data en flat design Nous proposons une formation sur les enjeux, traitements, perspectives, outils et techniques liés au Big Data.

Demandez des informations OU Réservez votre formation

Big Data et protection des données

Image symbolisant le Big Data et la protection des données

Une grande majorité des données collectées par les entreprises à des fins stratégiques sont des données d’ordre privé et provenant directement des comptes utilisateurs.

L’utilisation de ces données se fonde sur une relation de confiance entre l’entreprise et ses clients. Le Big Data s’appuie sur une dimension de sécurité primordiale.

Comme le rappelle le Règlement européen sur la protection des données en Europe, l’entreprise se doit de “sécuriser les données personnelles contre tout traitement non autorisé ou illégal, mais aussi contre la perte accidentelle, la destruction ou l’altération des données personnelles en mettant en œuvre les mesures de sécurité physique, technique et organisationnelle appropriées ».

A l’ère du tout numérique, les procédés d’anonymisation et de protection des données personnelles sont au cœur des préoccupations et représentent des enjeux considérables en matière de liberté et de questions économiques.

Un enjeu de taille est relatif à l’utilisation que les entreprises feront de la data et au respect envers l’humain qui est derrière. La donnée doit accompagner intelligemment les entreprises et doit être un vecteur de création de lien avant tout.

Big Data, systèmes utilisateurs et cybersécurité

Profils et systèmes utilisateurs

Image illustrant le Big Data et les utilisateurs

La survie de nombreuses sociétés Internet est corrélée à des profils utilisateurs précis et complets. Des success stories d’entreprises peuvent être citées à titres d’exemples en matière d’exploitation de profils comme Amazon et Alibaba. Ces firmes ont notamment eu recours à l’apprentissage machine pour filtrer les comportements de navigation de leurs utilisateurs, les modifications de paniers, et la mise en évidence des articles précédemment achetés.

Des systèmes de recommandation ont été développés en interne, annonçant certains produits à certains clients sur la base des données recueillies qui visent à accroître les taux de clic et de ventes.

Concernant les entreprises de ventes de biens de consommation, elles disposent peut-être de moins de data sur le comportement de l’utilisateur. En revanche, elles disposent d’informations utilisateur et de données de transaction, généralement plus fiables.

Cybersécurité et Big Data

Image en lien avec le Big Data et la cybersécurité

Selon un sondage gouvernemental réalisé par MeriTalk le 20 novembre 2018, 90% des entreprises interrogées pensent que le Big Data peut être un moyen de réduire les failles des systèmes d’information et 84% de ces structures ont déjà utilisé le Big Data pour bloquer les cyberattaques.

Traditionnellement, les technologies et les outils utilisés pour prévenir les attaques informatiques ont été davantage réactifs que proactifs. L’efficience des entreprises a été remise en cause à travers de nombreuses fausses alertes. Ces outils traditionnels ne sont pas adaptés au niveau de la bande passante afin de répondre aux grands volumes de données.

Les outils analytiques du Big Data représentent une opportunité majeure pour toute entreprise maîtrisant les technologies modernes en matière de sécurité de données. Ils offrent également aux professionnels de la cybersécurité la capacité d’analyser différents types de données en provenance de sources hétérogènes tout en réagissant en temps réel.

Le Big Data est aujourd’hui un vecteur permettant l’optimisation des stratégies de vente et de marketing à l’appui des données des clients récoltées.

Nos formations Apollo en Big Data 

Cet article Big Data : enjeux, systèmes utilisateurs et cybersécurité est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
La cybersécurité dans les entreprises https://www.apollo-formation.com/actus/cybersecurite-entreprise.html Thu, 17 Jan 2019 10:45:39 +0000 https://www.apollo-formation.com/?p=28508 La multiplication des récentes cyberattaques dans l’actualité nécessite une prise de conscience accrue en matière de cybersécurité au niveau des entreprises. Le risque lié aux cyber-attaques est devenu le deuxième le plus redouté derrière la cessation d’activité et juste devant celui lié aux catastrophes naturelles, selon le baromètre mondial d’Allianz 2018. Les entreprises, y compris celles … Continuer La cybersécurité dans les entreprises

Cet article La cybersécurité dans les entreprises est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
La multiplication des récentes cyberattaques dans l’actualité nécessite une prise de conscience accrue en matière de cybersécurité au niveau des entreprises.

Le risque lié aux cyber-attaques est devenu le deuxième le plus redouté derrière la cessation d’activité et juste devant celui lié aux catastrophes naturelles, selon le baromètre mondial d’Allianz 2018. Les entreprises, y compris celles en pleine expansion, n’ont pas encore adopté toutes les pratiques adéquates pour anticiper et minimiser l’impact d’un cyber-risque.

Les enjeux de la cybersécurité

Tendances de la cybersécurité

Image en lien avec la cybersécurité en entreprise

Selon Jean-Philippe Gaulier, ancien responsable de la sécurité des systèmes d’information (RSSI) au sein du groupe Orange, la stratégie de cybersécurité doit être renforcée par un rôle accru du directeur des systèmes d’information et des budgets consacrés qui doivent représenter 10 % du budget du DSI.

D’après une enquête internationale menée par la société de cybersécurité Kapersky, publiée ce 5 décembre, 36% des RSSI ne parviendraient pas à débloquer les budgets nécessaires à la protection de l’entreprise. Avec la hausse du nombre de cyber-attaques ces dernières années, le budget des RSSI n’a cessé d’augmenter pour atteindre un montant total de 90 milliards de dollars en matière de dépenses au niveau mondial, en 2017.

Cette tendance devrait se confirmer dans les années à venir, à travers notamment l’’acquisition de logiciels de DPL (Data Loss Prevention. Cela s’explique par une tendance à la hausse du risque-cyber et aussi avec l’entrée en vigueur du Règlement général sur la protection des données (RGPD), depuis le 25 mai. Cette législation européenne impose aux entreprises de garantir la sécurité des données de leurs employés, partenaires et clients, sous peine de lourdes sanctions pouvant représenter jusqu’à 4% de son chiffre d’affaires mondial.

illustration relative à la cybersécurité en entreprise Nous proposons une formation sur les concepts, principes, et situations à risques en lien avec la sécurité informatique :

Demandez des informations OU Réservez votre formation

Cybersécurité : différentes phases à mettre en œuvre 

Image relative à la cybersécurité et les différentes phases à mettre en oeuvre

Peuvent être distingués différents outils en lien avec la cybersécurité :

  • des outils « en amont » afin de prévenir d’une éventuelle attaque
  • des outils de détection, pour ceux qui repèrent les anomalies
  • des outils de remédiation ou d’analyse et des outils de correction

Les PME et TPE, n’ayant pas forcément les ressources pour investir dans ces outils, s’appuient sur des prestataires spécialisés pour souscrire à des cyber-assurance.

La sensibilisation des salariés à la cybersécurité

L’importance de la formation à la cybersécurité

Illustration symbolisant la formation en cybersécurité

Outre la dimension budgétaire, la cybersécurité en entreprise passe également par la formation. On peut prendre le cas du groupe Deloitte, qui est l’un des quatre plus gros cabinets d’audit au monde, et qui a pourtant été victime d’une cyberattaque en 2017.comme l’a révélé le Guardian en 2017. Il existe un besoin croissant afin d’inciter les entreprises à déployer des politiques de sensibilisation et de formation.

En matière de cybersécurité en entreprise, la dimension humaine reste encore fortement négligée. Pourtant, l’humain derrière son écran est en première ligne et peut devenir efficace face aux risques informatiques, s’il est réellement sensibilisé à ces enjeux et formé.

En effet, l’utilisateur final, à travers ses mauvaises pratiques, apparaît souvent comme le principal maillon faible de la sécurité informatique.

Il peut d’agir notamment de consultations de pages web douteuses ou de fichiers joints malveillants, qui peuvent infecter un ordinateur.

Près d’une entreprise française sur trois en 2016 estime que ses collaborateurs sont involontairement à l’origine de certaines attaques informatiques subies. Le moyen le plus simple demeure l’utilisation de ressources informatiques d’un utilisateur lambda afin de pénétrer un système d’information, c’est d’utiliser comme porte d’entrée les ressources informatiques d’un utilisateur lambda.

Les outils et bonnes pratiques de la cybersécurité en interne

La formation des collaborateurs aux bonnes pratiques en matière de cybersécurité peut s’appuyer sur divers outils :

  • charte informatique,pour formaliser les bonnes pratiques
  • sessions d’e-learning,pour former chaque collaborateur à son rythme
  • formations de groupe
  • sessions de live-hacking(répondre à une attaque factice)

Ce travail de sensibilisation et de formation doit suivre quelques règles générales :

  • proposer des contenus en lien avec les usages réels des utilisateurs,
  • se restreindre aux sujets les plus pertinents dans le contexte de l’entreprise, en les approfondissant
  • réaliser un contrôle des acquis en fin de formation

L’utilisateur ne doit être perçu comme le problème, mais plutôt comme l’un des leviers de la sécurité et doit être responsabilisé dans ce cadre.

La croissance liée aux risques cyber pose des interrogations d’ordre juridique. Les entreprises travaillent de plus en plus avec des professionnels de justice dont les huissiers pour établir des constats d’incidents. Ces constats ne sont d’ailleurs pas normés, ce qui génère un réel flou juridique qu’il faut résoudre.

Image en lien avec l'informatique et la cybersécurité

 

Nos formations Apollo en sécurité informatique

Cet article La cybersécurité dans les entreprises est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
Intelligence artificielle : domaines d’application et relation client https://www.apollo-formation.com/actus/intelligence-artificielle-relation-client.html Tue, 15 Jan 2019 08:48:21 +0000 https://www.apollo-formation.com/?p=28477 L’intelligence artificielle (IA) est la mise en œuvre de techniques permettant aux machines de calquer une forme d’intelligence réelle et capacités cognitives jusque-là réservées au cerveau humain, telles que la communication, le raisonnement critique, l’apprentissage en autonomie. Elle est aujourd’hui utilisée dans la relation client.  La notion naît dans les années 1950, dans l’ouvrage Computing Machinery and … Continuer Intelligence artificielle : domaines d’application et relation client

Cet article Intelligence artificielle : domaines d’application et relation client est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
L’intelligence artificielle (IA) est la mise en œuvre de techniques permettant aux machines de calquer une forme d’intelligence réelle et capacités cognitives jusque-là réservées au cerveau humain, telles que la communication, le raisonnement critique, l’apprentissage en autonomie. Elle est aujourd’hui utilisée dans la relation client. 

La notion naît dans les années 1950, dans l’ouvrage Computing Machinery and Intelligence du mathématicien Alan Turing. Le « Test de Turing » consiste à entrer en interaction à l’aveugle avec un autre humain, puis avec une machine programmée pour formuler des réponses sensées. La machine réussit le test et peut être qualifiée d’intelligente si le sujet n’est pas capable de faire la différence.

Champs d’application de l’intelligence artificielle

Toutes les grandes entreprises dans le milieu de l’informatique s’intéressent au cas de l’intelligence artificielle (exemples : Google, Microsoft, Apple, IBM,…) et cherchent à l’intégrer à un domaine particulier. Ces entreprises ont mis en place des réseaux de neurones artificiels composés de serveurs et permettant de traiter de lourds calculs au sein de bases de données très conséquentes. Dans le cadre de ce type d’intelligence, un contrôle rigoureux des avancées et de leurs conséquences potentielles est nécessaire.

L’intelligence artificielle annonce la nouvelle révolution technologique avec des enjeux économiques et sociétaux essentiels. Elle s’est très promptement retrouvée au cœur de la stratégie des géants du digital, que ce soit chez les GAFA ou les BAT (Baidu, Alibaba, Tencent) !

L’intelligence artificielle se retrouve implémentée dans un large champ d’applications.

    • les jeux de réflexion/stratégie (échecs, go…)
    • la recherche mathématique
    • la finance
    • la médecine
    • la perception/interprétation (reconnaissance faciale, compréhension des langues…)
    • la robotique

Intelligence artificielle, Silicon Valley et start-up

Illustration représentant l'intelligence artificielle en entreprise

La nouvelle révolution technologique

Pourquoi parle-t-on de “nouvelle révolution technologique” ? Pourquoi les entreprises veulent intégrer cette intelligence dans leur modèle ? Notre réponse.

Les géants de la Silicon Valley ont réalisé des investissements massifs ces dernières années dans l’intelligence artificielle du fait d’un bénéfice économique immédiat. En guise d’exemple, le filtrage des images violentes sur internet est réalisé à l’appui de la reconnaissance visuelle. L’intelligence artificielle made in Google implante chacun des services, chacun des produits, en passant notamment de Google Photos à Google Home. Le rachat de startups ou entreprises prometteuses, dont la technologie s’appuie sur une forme d’intelligence artificielle, fait partie intégrante de la stratégie des géants de la Silicon Valley.

L’impact de la Silicon Valley sur l’intelligence artificielle

Image symbolisant l'intelligence artificielle et la relation client

Dans ce cadre, les géants américains se sont accaparés d’un nombre conséquent de talents en matière d’intelligence artificielle. Cela est par exemple le cas du Français Yann LeCun, recruté à la tête du Facebook AI Research en 2013. Globalement, outre ces talents, ces firmes cherchent à acquérir des actifs technologiques, des positions sur des marchés émergents, afin de prendre l’avantage sur les nouveaux secteurs qui vont être dopés à l’intelligence artificielle.

L’importances des avantages concurrentiels

En plus des avancées scientifiques de l’intelligence artificielle, deux autres facteurs sont à prendre en compte :

  • Les progrès du matériel et des processeurs avec leur capacité à traiter un nombre gigantesque de données
  • L’apprentissage est crucial pour les intelligences artificielles avec une masse de données de plus en plus importante, qui donne des avantages déterminants aux firmes en question

Digital et intelligence artificielle

Illustration relative à l'intelligence artificielle et aux start-ups

De nombreuses start-ups très prometteuses naissent aujourd’hui en se basant sur des modèles et services intégrant l’intelligence artificielle. Cette IA se propage progressivement dans l’ensemble des secteurs économiques en passant des startups aux grands groupes. Cette révolution est plus complexe à mettre en œuvre pour les acteurs traditionnels dont un grand nombre sont aujourd’hui en mutation digitale. Là où il y a du digital, l’intelligence artificielle sera présente. Une stratégie en matière d’intelligence artificielle est la condition sine qua non d’une stratégie élaborée et réussie, à l’avenir.

Des enjeux divers relatifs à l’intelligence artificielle

Les enjeux économiques sont considérables. « Il y a un marché de production intellectuelle, de service, de transformation économique, dont la croissance moyenne est estimée à deux chiffres pour longtemps encore » estime le premier ministre Edouard Philippe. Des conséquences en matière sociale de cette technologie majeure sont à souligner. Cela devrait modifier l’organisation du travail, De nouveaux besoins de formation, d’accompagnement naissent progressivement.

Intelligence artificielle et relation client

intelligence artificielle 1

A l’ère du numérique et des nouvelles technologies, la relation client est en phase d’évolution continue. L’intelligence artificielle contribue fortement à cette révolution technologique et est la nouvelle tendance de la relation client, avec le machine learning. L’intelligence artificielle des clients permet l’élaboration de stratégies de personnalisation de masse, ainsi que de mieux comprendre les contextes de consommation du client.

Les clients apprécient les solutions d’automatisation qui peuvent simplifier la vie et sont en parallèle davantage exigeants pour les contacts avec un humain. Les bots permettent de renforcer l’autonomie du client et désengorgent les services en réduisant le nombre d’appels entrants. La technologie peut être un support pour le conseiller afin de passer plus rapidement à la résolution du problème. Les conseillers vont devoir être formés à la manipulation de données plus conséquentes, ce qui représente un énorme enjeu.

Les chatbots sont utilisés de manière croissante dans la relation client. Il s’agit de programmes capable de converser avec un internaute. Ce sont donc des supports de conversation et de conversion, permettant un dialogue en ligne et la diffusion d’un message ciblé. Outre ce procédé et après les bots intégrés dans les applications ou dans les messageries instantanées comme Messenger, les voicebots sont en déclic au point d’être en train de devenir le canal privilégié d’une relation client augmentée.

Il faudra aussi compter sur des systèmes de reconnaissance faciale pouvant détecter les émotions du client ou bien l’identifier lors du paiement. Ces systèmes seront intégrés à des bornes vidéo pouvant mettre le client en relation avec un téléconseiller s’appuyant sur les informations fournies par l’IA.

Beaucoup de choses restent à réinventer en matière de relation client, qui s’est appuyé sur un système de réactivité et sur les actions de masse depuis maintenant 30 ans.

 

Cet article Intelligence artificielle : domaines d’application et relation client est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
Emailing : un canal en pleine mutation https://www.apollo-formation.com/actus/emailing-canal-pleine-mutation.html Thu, 10 Jan 2019 09:42:40 +0000 https://www.apollo-formation.com/?p=28412  On le voyait disparaître du fait de certaines mauvaises pratiques de la part des professionnels (envois massifs, messages inadaptés, irrespect des données personnelles,…) mais l’email marketing est encore et toujours présent ! L’emailing est un outil indispensable pour toute entreprise souhaitant communiquer efficacement auprès de ses clients. Il possède un excellent taux d’ouverture, malgré la concurrence … Continuer Emailing : un canal en pleine mutation

Cet article Emailing : un canal en pleine mutation est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
 On le voyait disparaître du fait de certaines mauvaises pratiques de la part des professionnels (envois massifs, messages inadaptés, irrespect des données personnelles,…) mais l’email marketing est encore et toujours présent ! L’emailing est un outil indispensable pour toute entreprise souhaitant communiquer efficacement auprès de ses clients. Il possède un excellent taux d’ouverture, malgré la concurrence et l’avènement des réseaux sociaux.

L’emailing permet à la fois de fidéliser sa clientèle et d’atteindre de nouveaux prospects. Dans le cadre du marketing en ligne, l’un des outils les plus utilisés par les entreprises pour réaliser ce type de campagne demeure l’emailing.  Il s’agit d’établir un lien direct avec chaque client, par le biais d’un envoi massif et ciblé de mails, informatifs ou commerciaux selon le contexte.

Quelques chiffres sur l’emailing et la newsletter

Temps de lecture :

L’emailing B2B ciblé permet d’obtenir ainsi des résultats satisfaisants sur les temps de lecture consacrés aux newsletters.

  • Entre 0 et 2 secondes : 0%
  • Entre 2 et 10 secondes : 44%
  • Plus de 10 secondes : 54%

Ouverture des newsletters :

L’ouverture des newsletters s’effectue de plus en plus sur mobile. L’emailing B2B doit donc intégrer ce facteur, en considérant les mobiles pour faciliter la lecture des newsletters en terme de contenu. Il faut s’adapter au mobile, où la lecture doit être rapide.

  • 30 % à 40 % des ouvertures sur ordinateur
  • 60 % à 70 % des ouvertures sur mobile

Type de support :

  • 22% utilisent les webmails
  • 78% utilisent les logiciels de messageries

Utilisation des logiciels de messagerie :

  1. Apple Mail : 35% (+17% en 3 ans)
  2. GMail : 22% (+14% en 3 ans)
  3. Outlook : 21% (-38% en 3 ans)

Le poids de l’emailing dans une campagne marketing

 

Illustration en lien avec les newsletters et l'emailing

Ce type de campagne s’adapte à tout type d’activité grâce à son aspect agréable et pratique. Ce canal est également très rentable et pratique, d’autant plus qu’il existe plusieurs logiciels spécialisés permettant la réalisation de campagnes en toute simplicité. Dans ce cadre, les logiciels ou offres professionnelles proposées en ligne, présentent des coûts très abordables. L’utilisation d’une base de données à jour, permet aux entreprises de cibler les contacts auxquels elles vont envoyer les mails, de manière cohérente.

L’idée est de proposer un service ou un produit adapté au public ciblé, selon plusieurs critères de sélection prédéfinis, tels que leur âge, leurs habitudes de consommation ou leur situation géographique. Cela permet de diminuer les risques liés à l’utilisation d’adresses mails erronées. Ainsi, le mail est moins intrusif et facilite la lecture des destinataires avec la possibilité de répondre rapidement. Des liens, des images et des animations permettent de rendre les messages plus agréables pour les prospects.

Des plateformes comme Mailpro.com donnent la possibilité de mesurer en temps réel l’impact de la campagne. Les offres présentes sur le marché permettent en général un suivi relatif à l’évolution de la campagne, en établissant les taux de lecture et de retours du public cible.

Différentes solutions pour l’emailing

 

image emailing 1

 

Plusieurs options existent dont des logiciels à installer afin de réaliser soi-même la campagne et des plateformes en ligne, proposant un service complet pour simplifier la  processus, Des solutions telles que Mailpro, Benchmark Email, SendinBlue ou encore E-Missive permettent l’utilisation des outils en ligne et hors-ligne à la fois et l’automatisation du processus, afin de réduire la perte de temps.

L’outil de création de newsletters sur ces plateformes est particulièrement simple d’utilisation car une personnalisation des blocs de texte, des couleurs, de la typographie est accessible pour la mise en page de la newsletter. Plusieurs modèles prédéfinis sont disponibles pour permettre une création rapide.

La primauté de la qualité du contenu

 

emailing 5

 

Dans le cas de campagne d’emailing, la qualité prime sur la quantité. La  personnalisation est essentielle en emailing afin d’avoir une communication plus personnelle suscitant une réponse positive.

Les textes doivent être concis et aller à l’essentiel pour offrir une idée claire. Les destinataires auront plus de chance d’en lire l’intégralité sans considérer avoir perdu leur temps, car la majorité des mails sont à présent lus depuis un appareil mobile.

Un storytelling de l’entreprise peut rendre le message davantage captivant et l’ajout d’un call-to-action, à travers un lien vers une page du site de l’entreprise sera toujours efficace pour générer des retours prompts.

L’intelligence artificielle en emailing

Certains spécialistes du customer relationship management (CRM) tels que Salesforce ou Adobe ont intégré l’intelligence artificielle (IA) dans leur suite. Cependant, cette pratique ne s’est pas démocratisée et la priorité reste l’ajout de nouvelles fonctionnalités. L’intégration d’une IA à l’outil de marketing automation est ardue, notamment pour des raisons de complexité des flux. Actuellement, c’est l’humain et non l’IA qui paramètre les campagnes en anticipant des scénarios personnalisables. Concernant l’IA, « on est plus dans le déclenchement automatisé de tâches qu’autre chose », d’après Sébastien Leboucher, manager dans les technologies et services de l’information.

Concernant Adobe, l’intelligence artificielle Adobe Sensei est utilisée dans le cadre de la gestion des campagnes Adobe Campaign. Selon Lionel Lemoine, solution consultant senior manager chez Adobe, « cette IA permet de faire des recommandations sur les mots-clés qui obtiennent les meilleurs taux d’ouverture ». Le marketeur va pouvoir s’adresser à la population qu’il n’a pas su qualifier en s’appuyant sur des algorithmes auto-apprenant qui vont permettre de peaufiner au mieux les contenus à mesure que ce bassin réagit avec les emailings.

emailing 3

 

Nos formations Apollo en emailing :   

https://www.apollo-formation.com/informatique/webmarketing/mettre-en-place-une-campagne-de-mailing.html

https://www.apollo-formation.com/informatique/webmarketing/newsletter-html.html

 

Cet article Emailing : un canal en pleine mutation est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
8 tendances DevOps à suivre en 2019 https://www.apollo-formation.com/actus/tendances-devops-2019.html Mon, 03 Dec 2018 10:23:45 +0000 https://www.apollo-formation.com/?p=28264 Depuis son apparition, la mouvance DevOps a bien évolué. Les pratiques et outils qui s’y rattachent sont plus matures, et les succès obtenus par différentes organisations prouvent que l’on a largement dépassé le stade du buzz. A l’heure de la transformation numérique, de plus en plus d’entreprises adoptent la démarche DevOps pour fluidifier l’évolution de … Continuer 8 tendances DevOps à suivre en 2019

Cet article 8 tendances DevOps à suivre en 2019 est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
Depuis son apparition, la mouvance DevOps a bien évolué. Les pratiques et outils qui s’y rattachent sont plus matures, et les succès obtenus par différentes organisations prouvent que l’on a largement dépassé le stade du buzz. A l’heure de la transformation numérique, de plus en plus d’entreprises adoptent la démarche DevOps pour fluidifier l’évolution de leur système d’exploitation et répondre plus rapidement aux besoins métiers. Si les experts s’accordent pour dire que demain sera DevOps, quelles sont les principales tendances et perspectives d’évolution pour 2019 ?

 

Aujourd’hui identifié comme une véritable culture, le mouvement DevOps favorise la collaboration et l’automatisation au sein de l’industrie IT.

 

L’adoption de pratiques consistant à faire converger équipes de développement et d’exploitation est en constante augmentation. C’est aujourd’hui l’approche de référence pour le développement d’applications basées sur le Cloud :

 

devops-adoption-2017
Sur 1002 professionnels de l’IT interrogés, 78% déclarent avoir adopté DevOps en 2017. Une augmentation de 4 points par rapport à 2016.

 

Les recherches Google sur le terme « devops » ces cinq dernières années

 

formation devopsSerious game, certifications du DevOps Institute, formations sur les principaux outils du marché Docker, Kubernetes, Git, Ansible ou encore VSTS, découvrez notre filière complète de formations sur la culture DevOps.

 

DevOps pour l’infrastructure, architecture microservices, le règne de Kubernetes ou encore l’apport des technologies d’intelligence artificielle, apollo formation fait pour vous le tour des perspectives d’évolution du mouvement DevOps pour l’année à venir.

 

1. Des pipelines d’intégration continue aux chaînes de montage DevOps

 

photo de chaînes de montage dans l'industrie automobileDe nombreux outils DevOps permettent l’automatisation d’une tâche en particulier. Pour autant, leur utilisation résulte souvent en un processus de développement logiciel fragmenté et discontinu. Le concept de chaîne de montage vise à connecter ces outils les uns aux autres, pour un workflow continu de bout en bout.

 

L’industrie automobile est passée par une évolution similaire. De voitures hautement personnalisées et assemblées manuellement, on est passé à une production automatisée de certaines pièces, toujours assemblées manuellement, pour arriver par la suite à des chaînes de montage entièrement automatisées.

 

Une approche semblable peut (et doit ?) être envisagée pour le développement et déploiement de logiciels en mode DevOps : on parle d’Assembly Lines (chaînes de montage en anglais).

 

2. L’automatisation reste la clé

 

Dans un contexte DevOps, on parle beaucoup d’automatisation. Tout automatiser est le but ultime, encore faut-il que cela soit possible. L’essentiel en 2019 va être de bien comprendre les 6 Cs du cycle Devops, et de s’assurer d’une automatisation entre ces différentes étapes :

 

diagramme représentant le cycle en C de la culture devops
Le cycle en C du DevOps : planification business continue, développement collaboratif, test en continu, livraison et déploiement continus, surveillance continue, retour client collaboratif et optimisation.

 

3. Un testeur sachant tester sans son code est un bon testeur ?

 

La demande pour des testeurs et testeuses informatiques qui savent coder et automatiser des scripts risque d’augmenter. C’est en tous cas la tendance outre-Atlantique. Si le test est votre spécialité et que vous vous demandez si apprendre à coder va valoir le coup, ne vous demandez plus. Dans une démarche DevOps, savoir utiliser les principaux outils va devenir vital.

 

Le test manuel, trop chronophage, risque de largement diminuer en 2019. On attend désormais des professionnels du test qu’ils sachent automatiser leurs scripts : l’automatisation dans le test augmente non seulement l’efficacité mais permet également de livrer des fonctionnalités bien plus rapidement.

 

4. Une adoption croissante de l’architecture microservices

 

DevOps et les microservices vont aujourd’hui de pair. Les pratiques qui découlent de ces deux tendances de l’informatique sont conçues pour offrir plus d’Agilité et d’efficacité opérationnelle à l’entreprise.

 

l'architecture microservives illustréeLes microservices apportent un surplus de productivité au DevOps, via un ensemble d’outils commun. Utilisés à la fois pour le développement et les opérations, ces outils induisent une terminologie commune, ainsi que des processus similaires pour les exigences, les dépendances et la résolution de problèmes. Cela facilite un peu plus la collaboration entre devs et ops : DevOps et microservices fonctionnent mieux lorsqu’ils sont appliqués ensemble.

 

L’architecture microservices devrait donc être de plus en plus adoptée, dans une optique d’augmentation des runtimes et de l’efficacité des livraisons.

 

Il est important de savoir ce qu’apportera une architecture microservices à votre système d’information avant de l’adopter (plutôt que de le faire car tout le monde le fait…) : cet article du blog Octo vous aidera à y voir plus clair.

 

5. Au-delà du développement logiciel, DevOps pour l’infrastructure

 

Une autre tendance DevOps pour 2019 devrait être la généralisation des pratiques à l’échelle de l’entreprise. A l’image de l’adoption des méthodes Agiles, beaucoup d’organisations ont d’abord expérimenté DevOps sur de petits projets ou départements.

 

Dans une étude de McKinsey de 2017, 80% des personnes interrogées déclaraient avoir implémenté des pratiques DevOps au sein de leur organisation. 53% se voyaient appliquer ces pratiques de manière généralisée d’ici 2020, contre 37% qui le faisaient déjà au moment de l’enquête.

 

Les bénéfices du DevOps sont donc reconnus mais leur implémentation reste encore marginale. Le défi en 2019, pour une grande partie des organisations va être d’étendre l’approche sur l’ensemble de la chaîne de valeur informatique. Revoir le mode de fonctionnement de l’infrastructure entière devrait permettre de fournir des services plus rapidement.

 

6. La domination de Kubernetes

 

L’expansion du DevOps s’accompagne d’une augmentation de la taille et de la complexité des clusters de conteneurs. L’utilisation d’un outil d’orchestration est devenue indispensable pour déployer et gérer ces clusters, et Kubernetes domine (outrageusement) le marché.

 

Fort d’une communauté très active, l’outil open source devrait encore gagner en popularité sur 2019.

 

graphique montrant le nombre de questions stackoverflow sur docker swarm, kubernetes, mesos, nomad et rancher

 

Ci-dessus un graphique montrant l’intérêt (nombre de questions posées) des développeurs pour Kubernetes, sur la plateforme StackOverflow. Ses principaux concurrents, Docker Swarm, Apache Mesos, Rancher ou Nomad se font de plus en plus petits…

 

logo de l'orchestrateur de conteneurs kubernetes A propos de Kubernetes, nous proposons une formation de 3 jours pour apprendre à utiliser l’orchestrateur de conteneurs dans un contexte Devops. Vous pouvez :
 

Demandez des informations OU Réservez votre formation

 

7. DevSecOps : intégrer la sécurité dans les pratiques

 

Elle a longtemps été mise de côté, mais la sécurité devrait finalement trouver la place qui lui revient dans le mouvement DevOps. L’augmentation des failles de sécurité montrent que les menaces se diversifient et peuvent survenir à n’importe quelle étape du cycle de développement d’applications.

 

Au lieu de la considérer comme une contrainte de conception, la tendance DevSecOps réconcilie la sécurité avec les besoins IT et métiers. L’intégrer dès le début et tout au long du cycle de production permet ainsi de réduire les vulnérabilités et de générer du code sans erreur plus rapidement.

 

illustration de la tendance devsecops

 

Le concept de DevSecOps a été formalisé par le Gartner dès 2012, mais tarde à entrer dans les mœurs. Les coûts d’une négligence en la matière se faisant de plus en plus conséquents, la sécurité devrait faire son entrée dans l’approche DevOps pour de bon en 2019.

 

8. Intelligence artificielle et Machine Learning vont favoriser la croissance DevOps

 

Pour finir, DevOps n’échappera pas à la vague IA (Intelligence Artificielle). Les processus de développement logiciel sont appelés à changer, de l’intégration au test en passant par la sécurité et le déploiement.

 

intelligence artificelle, machine learning et deep learningL’automatisation des tâches étant le cœur de la culture DevOps, l’intelligence artificielle et les algorithmes d’apprentissage automatique semblent être de parfaits candidats pour l’intégrer. Capables de traiter de larges quantités d’informations et d’effectuer des tâches rébarbatives, Machine et Deep Learning devraient faciliter la vie des ingénieurs DevOps.
A tel point qu’un nouveau buzz word pourrait faire son apparition : l’AIOps. Affaire à suivre.

 

Nous n’avons donc pas fini d’entendre parler de DevOps. Le mouvement devrait encore prendre de l’ampleur en 2019. Si les technologies semblent être arrivées à maturité, les pratiques mises en œuvre par les entreprises vont encore évoluer, pour tendre vers une généralisation du mouvement sur toute la chaîne de valeur IT. Agilité, adaptabilité, collaboration et automatisation sont les mots d’ordre, et DevOps apparaît comme le modèle idéal pour implémenter ces concepts.

 

Encore faut-il trouver les humains pour y parvenir. La formation devrait une fois de plus jouer un rôle clé dans cette énième sinuosité de la transformation numérique.

Cet article 8 tendances DevOps à suivre en 2019 est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
ITIL 4 arrive : ce que l’on sait sur la nouvelle version du référentiel ITSM https://www.apollo-formation.com/actus/itil-4-nouvelle-version-referentiel-itsm.html Tue, 20 Nov 2018 10:32:59 +0000 https://www.apollo-formation.com/?p=28202 ITIL se refait une beauté. La méthode la plus reconnue en matière de gestion des services informatiques fera l’objet d’une importante mise à jour au premier trimestre 2019. Une nouvelle version, nommée ITIL 4, qui se veut résolument moderne et en adéquation avec les attentes de sa communauté. Le nouvel ITIL fera la part belle … Continuer ITIL 4 arrive : ce que l’on sait sur la nouvelle version du référentiel ITSM

Cet article ITIL 4 arrive : ce que l’on sait sur la nouvelle version du référentiel ITSM est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
ITIL se refait une beauté. La méthode la plus reconnue en matière de gestion des services informatiques fera l’objet d’une importante mise à jour au premier trimestre 2019. Une nouvelle version, nommée ITIL 4, qui se veut résolument moderne et en adéquation avec les attentes de sa communauté. Le nouvel ITIL fera la part belle aux mouvances DevOps, Agile et Lean, pour mieux coller aux usages actuels du numérique. L’éditeur AXELOS espère ainsi donner un second souffle à son approche, souvent critiquée pour son manque d’adaptabilité. À noter qu’un nouveau parcours de certifications verra également le jour.

(Pour les plus pressé·e·s d’entre vous, un résumé est disponible à la fin de cet article)

 

ITIL (« Information Technology Infrastructure Library », soit Bibliothèque pour l’infrastructure des technologies de l’information) est la méthode standard pour aligner les services IT sur les besoins métiers. Recueil d’ouvrages recensant un ensemble de bonnes pratiques, c’est la référence en matière de gestion des services informatiques.

 

logo du référentiel itilProblème, la version actuelle date de 2011. Et encore, ITIL 2011 n’était qu’une révision d’ITIL v3, publiée en 2007. Plus de dix ans après sa dernière évolution majeure, le référentiel fait donc peau neuve avec une nouvelle version, baptisée ITIL 4. Au-delà de la suite arithmétique logique, ce nom reflète la volonté d’accompagner individus et organisations dans la quatrième révolution industrielle.

 

Sa sortie est prévue pour le premier trimestre 2019.

 

Vous pouvez visionner l’annonce de la mise-à-jour ITIL, à la conférence itSMF USA FUSION 2017 :

 

 

Pourquoi une nouvelle version d’ITIL ?

 

image représentant l'écosystème big dataLa transformation numérique des entreprises s’accompagne de nouveaux modes de gestion des services informatiques. Avancées technologiques, émergence de nouvelles pratiques ou adoption d’outils dématérialisés poussent les organisations à revoir et adapter leur mode de fonctionnement en continu.

 

Un manque d’adéquation avec les dernières tendances IT

 

vieilles-pratiques-itilL’entreprise d’aujourd’hui se veut ainsi agile et flexible. Elle doit être en mesure d’évoluer dans un environnement complexe et en constante mutation. Pour répondre rapidement à ces évolutions, elle a besoin d’une part d’être correctement équipée, mais également d’adopter régulièrement de nouvelles pratiques, de nouvelles manières de travailler.

 

Conçu pour améliorer les services informatiques délivrés au business, ITIL semble dans ce contexte avoir perdu de sa pertinence. Si ses principes et processus ont servi un nombre impressionnant d’organisations sur les dernières décennies, sa rigidité et sa bureaucratie lui sont souvent reprochées.

 

Dans une industrie marquée par un foisonnement technologique sans précédent, une adoption croissante des méthodes Agiles et de nouvelles tendances de développement telles que les microservices, le multi-cloud ou les conteneurs, ITIL apparaît comme un référentiel de bonnes vieilles pratiques.

 

Si les principes fondamentaux d’ITIL 4 devraient sensiblement rester les mêmes que dans les versions précédentes, AXELOS a admis vouloir s’aligner sur les méthodes de travail contemporaines (DevOps, Agile, Lean…). Ces approches feront donc l’objet de conseils pratiques au sein du nouvel ITIL.

 

Parmi les nouveautés attendues dans ITIL v4, quelques points majeurs :

  • Considérer le cycle de vie dans son entièreté, plutôt qu’un cycle de vie fragmenté
  • Présenter une vue holistique plutôt qu’un processus
  • Créer un flux de valeur flexible et s’éloigner des silos traditionnels
  • Évoluer vers l’amélioration continue vs. mises à jours majeures

 

groupement d’icônes représentant le foisonnement technologiqueAu passage, si comme ITIL vous avez du mal à suivre, nous proposons une formation de 3 jours sur les nouvelles technologies et méthodes de travail appelées à façonner l’entreprise de demain. Décideurs, développeurs, consultants ou managers, ne loupez pas le coche et préparez l’avenir de votre organisation en toute sérénité !

 

Demandez des informations OU Réservez votre formation

 

Une relation en berne avec la communauté ITSM

 

Malgré les millions de praticiens ITIL recensés à travers le monde, l’annonce d’une nouvelle version n’a pas suscité de grand engouement au sein de la communauté. Les débats sur la mort annoncée du référentiel fleurissent sur la Toile et de nombreux professionnels doutent de son bien-fondé.

image illustrant un forum de discussion scrum

Pour répondre aux critiques et se racheter une réputation, AXELOS a d’abord voulu placer cette nouvelle version sous le signe de la coopération avec sa communauté. 150 rédacteurs, correcteurs et contributeurs du monde entier ont ainsi travaillé de concert avec l’éditeur.

 

Les professionnels de la gestion des services IT ont également été invités à participer à l’élaboration d’ITIL 4 par l’intermédiaire d’un Development Group. Workshops et sessions de recherche ont été conduits partout dans le monde, regroupant plus de 2000 membres.

 

Découvrez ci-dessous certains membres de ces ateliers, qui expliquent en quoi la mise à jour ITIL devrait aider les entreprises à rester compétitives :

 

 

Quelles nouveautés pour le parcours de certifications ?

 

Nouvelle version dit nouvelles certifications. Le parcours du combattant proposé aujourd’hui, d’ITIL Foundation à Expert sera abandonné, au profit d’un schéma plus simple. Les contenus pédagogiques des différents modules n’ont pas encore été dévoilés.

 

icone d'un badge de certificationQue celles et ceux qui ont déjà obtenu une certification ITIL se rassurent, le cœur de la méthode étant toujours le même, les anciens certificats ITIL resteront valides. Les professionnels de l’ITSM ayant déjà bien avancé dans le parcours actuel peuvent continuer, un module de transition vers ITIL 4 est prévu.

 

Les titulaires d’une certification ITIL Foundation v3 ou 2011 devront cependant passer le nouvel examen ITIL 4 Foundation s’ils souhaitent progresser dans le nouveau cursus. A noter que la version française ne devrait pas voir le jour avant la fin de l’été 2019.

 

3 niveaux de certification et 5 qualifications

 

La première mise à jour du parcours ITIL v4 concernera le niveau Foundation, prévu pour le premier trimestre 2019. Les niveaux suivants devraient être disponibles dans la seconde moitié de l’année.

 

tableau des nouvelles certifications ITIL 4
Le nouveau schéma de certifications ITIL 4

 

La certification ITIL Managing Professional (ITIL MP) s’adresse aux professionnels de l’IT qui travaillent avec des équipes digitales et techniques. Comprenant 4 modules différents, elle atteste d’une maîtrise pratique et technique dans le pilotage de projets, d’équipes ou de flux d’activités.

 

Le titre d’ITIL Strategic Leader (ITIL ST) reconnaît quant à lui la compréhension claire et entière de la façon dont les services informatiques influencent et dirigent la stratégie business. Il ne sera accessible qu’aux gestionnaires expérimentés et détenteurs de la nouvelle certification ITIL v4 Foundation.

 

formation chef de projet informatique logoPour obtenir ces deux certifications, les candidates et candidats devront réussir tous les modules du parcours.

 

Notons que le module Strategist (Direct, Plan & Improve) est commun aux deux parcours.

 

Un module de transition sera finalement créé, pour les experts ITIL v3 disposant de 17 crédits ou plus sur le parcours actuel.

 

Quelles passerelles pour transiter vers ITIL v4 ?

 

Selon le profil et les titres obtenus jusqu’alors, AXELOS recommande de suivre différents chemins pour réaliser la transition vers le nouveau parcours :

 

ITIL v3 Foundation

 

Pour les détenteurs de l’actuel ITIL Foundation, l’approche recommandée (et obligatoire pour avancer dans le nouveau cursus) consiste à passer la nouvelle version de l’examen. ITIL 4 Foundation couvrira un large éventail de nouveaux sujets, qui nécessitent donc une mise à niveau.

 

ITIL v3 Intermediate (3 ou 4 crédits)

 

Celles et ceux qui disposent d’un petit nombre de crédits ITIL, équivalent à un module de l’ancien parcours Intermediate, ont deux options :

  • Passer le nouvel examen ITIL 4 Foundation. Dans le cas où vous n’auriez pas l’intention d’atteindre le niveau ITIL Managing Professional, AXELOS préconise de refaire l’examen de base, dont la réussite donnera accès aux niveaux supérieurs, Specialist, Strategist ou Leader.
  • Atteindre 17 crédits sur l’ancien parcours. Pour celles et ceux qui souhaitent obtenir le titre d’ITIL Managing Professional, il est recommandé de continuer sur ITIL v3 jusqu’à obtenir le nombre de crédits suffisants pour accéder au module de transition.

 

ITIL v3 Intermediate/Practitioner (6 crédits ou plus après le niveau Foundation)

 

Si une candidate ou un candidat dispose de 6 crédits sur l’ancien parcours, au-delà d’ITIL Foundation, son intérêt est alors de continuer sur ITIL v3 jusqu’à l’obtention des 17 crédits nécessaires à l’éligibilité au module de transition ITIL Managing Professional.

 

ITIL v3 Expert

 

Les rares détenteurs de la certification ITIL Expert pourront passer par le module de transition ITIL Managing Professional dès sa sortie.

 

illustration de la gestion de projet agile

 

En résumé : un ITIL 4 plus Agile et de nouvelles certifications

 

ITIL 4 fera donc son apparition entre janvier et mars 2019. La version actualisée du référentiel inclura de nouvelles bonnes pratiques pour accompagner les organisations dans la transformation numérique. Agilité, adaptabilité et pertinence au regard des usages modernes de la technologie informatique sont les visées du nouvel ITIL, qui conserve cependant les mêmes principes fondamentaux.

 

Les professionnels de la gestion des services IT auront accès à un nouveau parcours de certifications. Un nouvel examen ITIL 4 Foundation verra le jour, sans passerelle avec ITIL v3, il faudra donc repasser l’examen. ITIL Practitioner disparaît, les compétences pratiques associées à ce niveau de certification seront dispatchées dans les nouveaux modules, pour adresser l’aspect trop théorique des versions précédentes.

 

Tous les titres de certifications actuels restent valides et reconnus par AXELOS.

 

Les candidates et candidats disposant de 17 crédits sur l’ancien parcours de certification auront la possibilité de transiter vers ITIL v4 via un module de transition.

 

meme game of thrones pour la nouvelle version d'ITIL

Cet article ITIL 4 arrive : ce que l’on sait sur la nouvelle version du référentiel ITSM est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
Qu’est-ce que la Data Science ? Petit guide à l’usage des non-initié·e·s (1/5) https://www.apollo-formation.com/data-science/quest-ce-que-la-data-science-petit-guide-pour-non-inities-1.html Wed, 17 Oct 2018 12:03:03 +0000 https://www.apollo-formation.com/?p=27965 La Data Science promet monts et merveilles. Littéralement science de la donnée, cette discipline est poussée sur le devant de la scène par des progrès spectaculaires en matière de traitement, stockage ou analyse des données numériques. Sauf que pour beaucoup d’entre nous, le terme reste assez mystérieux et regroupe des réalités parfois difficiles à cerner. … Continuer Qu’est-ce que la Data Science ? Petit guide à l’usage des non-initié·e·s (1/5)

Cet article Qu’est-ce que la Data Science ? Petit guide à l’usage des non-initié·e·s (1/5) est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
La Data Science promet monts et merveilles. Littéralement science de la donnée, cette discipline est poussée sur le devant de la scène par des progrès spectaculaires en matière de traitement, stockage ou analyse des données numériques. Sauf que pour beaucoup d’entre nous, le terme reste assez mystérieux et regroupe des réalités parfois difficiles à cerner. A l’heure des Big Data, machine learning, intelligence augmentée et autres buzz words, il est temps de clarifier cette ébullition autour de la « data ».

 

Pour celles et ceux qui souhaitent acquérir des compétences concrètes sur le sujet, nous proposons une formation de 5 jours pour débuter en science des données :

 

Demandez des informations OU Réservez votre formation

 


Les recherches Google sur le terme « data science » ces 10 dernières années

 

icone représentant le minage de donnéesIl n’existe pas de définition générale et communément acceptée de la Data Science. Des personnes d’horizons différents fourniront des définitions différentes, en fonction du contexte dans lequel elles évoluent.

 

Avant de nous intéresser aux utilisations concrètes de la science des données, au métier très en vogue de data scientist ou encore à la convergence révolutionnaire entre données massives et intelligence artificielle, prenons les choses par le bon bout et commençons par répondre à la question : qu’est-ce qu’une donnée ?

 

La donnée est partout

Les données existent sous diverses formes : un nombre, un texte écrit sur une feuille de papier ou stocké électroniquement, une photo, un tweet, etc, etc. Au sens le plus basique du terme, la donnée est une collection de faits bruts, de chiffres, de bits même (1 ou 0, vrai ou faux).

 

C’est le résultat direct d’une mesure ou d’une observation, une valeur assignée à une chose.
Prenez par exemple les tomates sur la photo ci-dessous.

 

amas de tomates pour illustrer le concept de donnée

Que peut-on en dire ? Ce sont des tomates. Premier élément, les tomates se mangent et font donc partie de la catégorie des aliments. Nous pouvons déjà placer les tomates au sein d’une taxonomie.

 

Mais ce n’est pas tout. Nous avons une couleur : « rouges », une condition « fraîches ». Elles ont toutes une taille, il y en a une certaine quantité et elles ont probablement une valeur marchande. Et ainsi de suite.

 

Les données caractérisent donc même le plus élémentaire des objets. Mais aussi les individus (et c’est ce qui intéresse tout particulièrement les géants du web Google, Amazon, Facebook et consorts). Vous-même, vous avez un nom, une date de naissance, un poids, une taille, une nationalité, une adresse, mais aussi des centres d’intérêts, des habitudes de consommation… Toutes ces choses sont des données.

 

Pour en donner une première définition, la Data Science permet l’exploitation de ces données. Le but étant de créer une certaine valeur, à partir d’éléments bruts et recueillis sous des formes parfois très hétérogènes.

 

Donnée ne veut pas dire information, ni connaissance…

 

image en flat design pour illustrer la science des données

 

Une donnée en tant que telle ne signifie en effet pas grand-chose. En dehors de son contexte, elle n’a quasiment aucune valeur, que ce soit pour un humain ou une machine. Tout son intérêt réside donc dans l’interprétation qui en sera faite, dans le sens qui lui sera attribué. L’objectif est de transformer la donnée en information, puis en connaissance.

 

La collecte d’une certaine quantité de données, et leur structuration rendent déjà les choses plus intéressantes. Revenons à nos tomates, dont est issu le jeu de données suivant :

 

10, 1.3, rouge, 11, 2.9, fraîche

 

Une succession de chiffres et caractères sans signification particulière. Pour devenir informations, les données doivent être extraites, organisées et parfois analysées. Ainsi, après structuration et une certaine mise en forme, nous pouvons conférer un sens à notre jeu de données :

 

Couleur Rouges
Condition Fraîches
Diamètre 11 cm
Quantité 10 unités
Poids 1.3 kg
Prix (au kg) 2.9 €

En dehors d’un quelconque contexte toutefois, même réorganisées, la valeur de ces informations reste insignifiante. Il convient alors de les insérer dans un univers logique.

 

Prenons le prix des tomates. Savoir qu’un kilo de tomates nous coûtera 2€ et 90 centimes n’est pertinent que si l’on compare ce prix à d’autres éléments. Le prix moyen par exemple, qui est de 2€30 en France. Ces tomates sont donc relativement chères. Nous avons désormais une certaine connaissance les concernant.

 

La connaissance s’obtient ainsi lorsque l’information est extraite, traitée, analysée et comprise. Et c’est là tout l’intérêt de la Data Science.

 

amas de pictos représentant les données issues du web

 

Pour illustrer ce procédé, Clive Humby, mathématicien britannique et architecte chez Tesco déclarait en 2006 :

 

« La data est le nouveau pétrole (« data is the new oil »). Les données sont précieuses, mais sans raffinage elles ne peuvent pas vraiment être utilisées. Le pétrole doit être transformé en gaz, plastique, produits chimiques, etc pour créer de la valeur et profiter à une activité rentable. De même, les données doivent être décomposées et analysées pour créer de la valeur »

 

Si le parallèle avec l’or noir a ses limites (la donnée possède des propriétés intrinsèques et des champs d’application bien plus vastes), il met bien en exergue le processus de transformation que nous évoquions, ainsi que l’importance de la donnée dans l’économie d’aujourd’hui.

 

graphique courbe et camembertNous verrons en effet dans un prochain article que les progrès technologiques en matière de stockage, traitement ou analyse de la donnée, combinés au phénomène bien connu du Big Data ont induit un changement de paradigme. Les possibilités de création de valeur à partir des données se sont vues décuplées, et la data a acquis un nouveau statut au sein des organisations.

Cet article Qu’est-ce que la Data Science ? Petit guide à l’usage des non-initié·e·s (1/5) est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
Se préparer à l’examen de certification PSM https://www.apollo-formation.com/divers/se-preparer-examen-certification-psm.html Tue, 03 Jul 2018 11:56:08 +0000 https://www.apollo-formation.com/?p=27756 Vous souhaitez passer la certification Professional Scrum Master I (PSM I) ? Loin d’être une formalité, l’obtention de cette certification requiert une bonne dose de travail individuel et une préparation spécifique pour répondre aux exigences imposées par l’organisme certificateur Scrum.org. Voici nos conseils pour bien vous préparer et augmenter vos chances de réussite à l’examen … Continuer Se préparer à l’examen de certification PSM

Cet article Se préparer à l’examen de certification PSM est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
Vous souhaitez passer la certification Professional Scrum Master I (PSM I) ? Loin d’être une formalité, l’obtention de cette certification requiert une bonne dose de travail individuel et une préparation spécifique pour répondre aux exigences imposées par l’organisme certificateur Scrum.org. Voici nos conseils pour bien vous préparer et augmenter vos chances de réussite à l’examen PSM I.

Contexte et modalités d’évaluation

logo de la certification psm 1La certification Professional Scrum Master I (PSM I) constitue le point d’entrée du parcours certifiant proposé par Scrum.org. Reconnue dans le monde entier, elle atteste d’une maîtrise des aspects fondamentaux du rôle de Scrum Master. Les professionnels ayant réussi cet examen démontrent ainsi leur compréhension du cadre Scrum, tel qu’il est décrit dans le Scrum Guide. Si leur efficacité dans le monde réel repose sur la mise en application des pratiques et valeurs spécifiques au framework, la certification PSM I reste un excellent moyen de réassurance pour les organisations qui adoptent les méthodes agiles. Une connaissance solide de la théorie est en effet un prérequis nécessaire pour atteindre un haut niveau d’agilité et livrer des logiciels à grande valeur ajoutée.

 
Passons tout d’abord en revue les modalités d’évaluation :

  • Editeur : Scrum.org
  • Type d’examen : QCM (une ou plusieurs réponses possibles) et Vrai/Faux
  • Nombre de questions : 80
  • Durée : 1 heure
  • Note requise : 85% (soit 68 bonnes réponses sur 80)
  • Langue : Anglais seulement
  • Documents autorisés : Oui
  • Prérequis : Aucun
  • Besoin de renouveler la certification : Non
  • Prix : 150$

Il faut savoir que l’obtention de cette certification est loin d’être une formalité. Sans une bonne préparation, les taux de réussite aux examens ne dépassent pas les 20-30%. En tant que candidat, vous serez non seulement évalué sur vos connaissances des éléments qui constituent Scrum, mais devrez également démontrer votre compréhension du rôle de Scrum Master et des bonnes pratiques et postures à adopter pour occuper ce poste de manière efficiente.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, nous vous proposons une formation de 2 jours combinant théorie et cas pratiques, pour apprendre tout ce qui constitue le cœur de Scrum et du mouvement Agile.

 

AF26675 Formation PSM 1, Professional Scrum Master Scrum.org 2 jours 1490€ HT

A l’issue des 2 jours de formation, les participants passeront l’examen de certification PSM I. Le coût de la certification (150$) est inclus dans le prix de formation.

format type du titre de certification psm

Remarque

Le passage de la certification PSM I est une chose, être un bon Scrum Master en est une autre. Réussir l’examen vous fera progresser, mais ce n’est en aucun cas suffisant. Seuls l’expérience et le travail personnel vous permettront de piloter des projets Scrum de manière optimale.

Comment s’entraîner avant le passage de la certification PSM ?

Découvrez ci-dessous un certain nombre de conseils et astuces, pour vous préparer efficacement en amont de notre formation. La certification PSM I est particulièrement exigeante et un gros travail personnel est à fournir avant d’envisager la réussite à l’examen. Ces éléments vous aideront à surmonter les difficultés et aborder l’épreuve le plus sereinement possible.

Lire et comprendre le Scrum Guide

Dans un premier temps, il est indispensable de connaître sur le bout des doigts la bible de Scrum : le Scrum Guide. Rédigé par les créateurs du framework Ken Schwaber et Jeff Sutherland, ce document de 17 pages constitue votre première source d’informations sur Scrum.

couverture du scrum guide montrant schwaber et sutherlandLisez-le, relisez-le, et familiarisez-vous avec tous les concepts qui y sont détaillés. Du Daily Scrum à la Definition of « Done » en passant par le Sprint Backlog, aucun élément de Scrum ne doit vous être étranger. Vous devez non seulement les connaître, mais comprendre leur fonction et être en mesure d’interpréter leur définition pour une mise en application dans le monde réel. Les questions de l’examen peuvent être très subtiles, il vous est donc demandé de comprendre l’ensemble du Scrum Guide mais également d’en capter les raisonnements sous-jacents.

Une première lecture du guide en français peut être utile à la compréhension globale, mais veillez par la suite à bien réviser la terminologie anglaise, qui sera utilisée lors de l’examen.

De plus, prévoyez de vous familiarisez avec le glossaire Scrum, pour avoir les définitions et concepts clés à portée de main pendant l’examen. Le Manifeste Agile constitue également un support utile pour vos révisions.

S’entraîner avec le Scrum Open Assessment

icone avec chrono et qcmLes examens blancs constituent la deuxième ressource hautement utile lors de votre préparation à l’examen PSM. Le Scrum Open Assessment est gratuit et disponible à volonté ! Profitez-en pour le passer et repasser autant de fois qu’il vous faudra pour atteindre 100% de bonnes réponses plusieurs fois de suite. Il vous permettra de situer votre niveau et de vous familiariser avec la procédure de certification.

Pensez à bien retravailler les questions sur lesquelles vous vous êtes trompé, en retrouvant par vous-même la bonne réponse dans le Scrum Guide ou dans vos notes de formation. Gardez à l’esprit que l’erreur est humaine, mais persister dans son erreur est diabolique !

D’autres tests d’entraînement sont disponibles en ligne. Utilisez par exemple celui de Mikhail Lapshin, du Cape Project Management ou encore celui proposé par The Scrum Master UK pour vous tester sur davantage de questions. Attention toutefois, certains organismes (autres que Scrum.org) fournissent des examens blancs payants, mais parfois susceptibles de vous induire en erreur quant à la compréhension de Scrum. Ne perdez donc pas votre argent en achetant tous ceux que vous trouverez en ligne et concentrez-vous sur le Scrum Open Assessment officiel.

Ne partez finalement pas du principe que le véritable examen est d’une difficulté équivalente aux assessments, il sera certainement plus exigeant !

Parcourir les forums et fils de discussion sur Scrum.org

Comme vous, des millions de personnes cherchent à obtenir la certification PSM I. Arpentez donc les forums de discussion sur Scrum.org, notamment si vous avez l’impression de passer à côté d’un concept en particulier. Vous pourrez y poser vos questions et discuter avec des membres de la communauté Scrum, particulièrement active.

image illustrant un forum de discussion scrum

Participer aux débats est un très bon moyen de faciliter l’apprentissage des concepts et principes Scrum. Vous n’êtes par ailleurs sûrement pas la première personne à bloquer sur tel ou tel aspect du framework : 3000 topics différents ont été créés sur le forum, de quoi trouver des éléments de réponse à toutes vos questions.

Mettre les concepts Scrum en pratique

image montrant une mêlée au rugbyPour consolider vos acquis théoriques, rien de mieux qu’une mise en application sur votre lieu de travail. Si possible, mettez donc en place quelques-uns des concepts et pratiques issus de Scrum dans votre entreprise : auto-organisation, rituels, rôles, etc. Vos connaissances s’en verront renforcées, et vous pourrez d’ores-et-déjà entrevoir les apports de la mise en œuvre de Scrum.

Dans le cas où vous ne pouvez pas mettre en pratique ce que vous avez appris, tentez d’imaginer comment vous le feriez au sein de votre organisation. Quels sont les défis que vous auriez à relever ? Comment expliqueriez-vous à l’équipe de développement Scrum les principes d’autogestion, d’implication ? Ou encore comment le Product Owner devrait-il ou elle gérer et prioriser le product backlog ? Cet exercice mental vous sera fort utile, l’examen PSM portant bien souvent sur des expériences de la vie réelle.

Les formations Scrum que nous proposons seront un excellent moyen de vous rendre compte de la réalité du poste de Scrum Master ou Scrum Product Owner.

Ressources utiles et lectures additionnelles

Pour varier vos méthodes d’apprentissage, vous pouvez visionner les vidéos mises en ligne par Scrum.org sur la plateforme YouTube. Elles constituent un bon moyen d’approfondir certains aspects du framework, tout en étant plus faciles à appréhender que certains ouvrages de plusieurs centaines de pages.

Les vidéos de Ken Schwaber et Jeff Sutherland sont également une excellente source d’informations complémentaires :

Par ailleurs, il est pertinent de lire des articles sur d’autres sujets que ceux détaillés dans le Scrum Guide, et notamment certaines publications portant sur :

  • la vélocité
  • l’approche scientifique et l’empirisme
  • Scaling Scrum
  • les issues et impediments
  • le poker planning

Vous gagnerez à vous familiarisez avec ces pratiques complémentaires, souvent utilisées avec Scrum. Le Nexus Guide vous sera particulièrement utile pour prendre du recul sur tout ce que vous avez appris. Bien que portant sur un framework prévu pour mettre les méthodes agiles à l’échelle des grandes organisations, il peut être intéressant pour vous d’en connaître les principes de base. Renseignez-vous également sur les burndown et burnup charts. S’ils ne sont plus partie intégrante du Scrum Guide, une ou plusieurs questions de l’examen PSM 1 portent souvent sur ces outils de représentation graphique.

Scrum.org recommande finalement un certain nombre de livres en vue de passer l’examen PSM. Vous n’avez pas à tous les lire mais choisissez-en quelques-uns qui vous intéressent et continuez d’apprendre grâce à eux. Cependant, n’oubliez pas que le Scrum Guide reste votre livre de chevet pendant toute la durée de votre préparation !

schéma illustrant les valeurs scrum

Trucs et astuces pour réussir le jour J

icone montrant une ampouleMaintenant que vous êtes correctement préparé, vous pouvez aborder l’examen en toute sérénité. Une épreuve telle que celle-ci peut toutefois engendrer une bonne dose de stress, et c’est normal ! Voici quelques conseils pratiques à mettre en œuvre pendant le passage de l’épreuve de certification, pour ne pas perdre vos moyens et éviter les pièges les plus courants.

  • Mettez-vous dans les meilleures conditions possibles. Si vous passez l’examen en différé, préférez un endroit calme où vous ne serez pas dérangé pendant une bonne heure. Choisissez un environnement propice à la concentration et dans lequel vous êtes à l’aise. Le moment où vous passez l’examen est également à prendre en compte, évitez le début de journée si vous n’êtes pas du matin… Prévoyez une bouteille d’eau ainsi qu’un apport en sucre quelques temps avant l’examen pour booster vos méninges ! Enfin, travaillez seul : cette certification est pour vous, ayez confiance en vos capacités et ne cherchez pas à obtenir une aide extérieure.
  • Gérez intelligemment votre temps. 60 minutes passent vite, même si la plupart des candidats trouvent que c’est suffisant pour répondre à toutes les questions. Vous avez en moyenne 45 secondes par question, ne bloquez donc pas sur celles que vous trouvez difficiles, marquez-les et revenez-y plus tard. Il est aussi important de pouvoir se relire, prévoyez donc de repasser sur chaque question une deuxième fois avant la fin du temps imparti.
  • Répondez à toutes les questions. Il n’y a pas de points négatifs, donc même si vous ne connaissez pas la réponse, tentez votre chance !
  • Utilisez les documents à disposition (mais pas trop !). Vous pouvez prendre avec vous tout ce que vous jugez utile : Scrum Guide, glossaire, et consulter le web à loisir. Pour autant, ne vous précipitez pas sur Google dès que vous avez un doute, vous perdrez énormément de temps (et trouverez généralement de mauvaises réponses). Vérifiez seulement en cas de doute les questions précises du type « How long is a sprint retrospective in a one-month sprint ? ». Prévoyez également d’ouvrir une fenêtre avec votre traducteur préféré, qui pourra vous être fort utile si un ou plusieurs mots posent problème pendant l’examen.
  • Oubliez ce que vous savez. Si vous avez déjà travaillé au sein de projets utilisant Scrum, il y a de grandes chances pour que vous ayez mis en œuvre des pratiques « incorrectes ». Veillez à bien désapprendre les mauvaises habitudes et comportements que vous pourriez avoir adoptés par le passé, et concentrez-vous sur ce que vous avez appris en révisant pour l’examen. Quelques exemples d’usages erronés de Scrum :
    • Il n’y a pas de Sprint 0 ! Une question piège qui revient souvent à l’examen. Tous les sprints sont les mêmes, pas de sprint d’intégration donc, ni de release sprint ou encore de planning sprint.
    • Seuls les développeurs participent aux Daily Scrums.
    • Il n’y a qu’un seul Product Backlog et un seul Product Owner, peu importe le nombre d’équipes travaillant sur le même projet.
    • Il n’y a pas d’autre rôle que ceux décrits dans le Scrum Guide : Scrum Master, Scrum Product Owner et Scrum Developer (pas de Scrum Project Manager !).
  • Faîtes attention aux formulations. Les mots « not », « always », « should/could » ou encore « attend/participate » peuvent vous induire en erreur. Soyez donc particulièrement attentif aux négations, et ne passez pas à côté d’une question seulement parce que vous l’avez mal comprise.
  • Lisez attentivement toutes les réponses possibles. Sachez qu’il n’y a pas de réponse parfaite, on vous demande quelle est la meilleure parmi celles qui vous sont proposées. Vous devez donc toutes les lire avant de faire votre choix : même si une réponse vous semble correcte, étudiez bien les autres. N’oubliez pas non plus de choisir plusieurs réponses lorsque cela vous est demandé !
  • Favorisez l’esprit d’équipe. Si vous ne connaissez pas la réponse à une question, essayez de vous demander quelle réponse met le plus en avant l’équipe. Dans Scrum, les équipes se veulent auto-organisées et autogérées. Le Scrum Master est un coach et un servant leader, il ou elle ne donne pas d’ordre à l’équipe sur ce qu’elle doit faire. Les réponses qui ne sont pas en adéquation avec ces principes ne sont probablement pas les bonnes.
  • Ne paniquez pas. Finalement, tâchez de garder votre sang froid durant toute la durée de l’épreuve. Facile à dire, mais pour donner le meilleur de vous-même, la dernière chose à faire est de céder à la panique. Concentrez-vous sur une question à la fois et ne ressassez pas les précédentes. Ne pensez pas non plus au résultat de l’examen en plein milieu de celui-ci. Enfin, si vous perdez la connexion en plein milieu de l’épreuve, profitez-en pour souffler un coup et attendez qu’elle soit rétablie : vos réponses sont enregistrées et vous pourrez reprendre là où vous en étiez. Soyez serein, ne laissez rien vous perturber pendant l’examen.

Un dernier conseil pour la route, pensez à célébrer votre effort ! Que vous ayez ou non réussi l’examen, la préparation à la certification PSM vous aura tout de même beaucoup apporté en termes de connaissances. Profitez de cette expérience enrichissante pour acquérir de nouvelles compétences et devenir un.e meilleur.e Scrum Master :)

Maintenant que vous avez toutes les cartes en main, il ne reste plus qu’à mettre le pied à l’étrier. Démarrez votre course à la certification sur les chapeaux de roue en vous inscrivant à notre formation certifiante !

 

Demandez des informations OU Réservez votre formation

 
Bonne chance à toutes et à tous !

Cet article Se préparer à l’examen de certification PSM est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
La data visualisation https://www.apollo-formation.com/divers/la-data-visualisation.html Mon, 16 Apr 2018 15:03:12 +0000 https://www.apollo-formation.com/?p=27219 L’avènement du Big Data nous place dans un monde où la quantité de données générées, collectées et stockées croît de manière exponentielle, minute après minute. Cette masse d’informations est le moteur des changements technologiques qui impactent tous les secteurs. Elle est également à la racine des progrès en intelligence artificielle, appelés à transformer la société. … Continuer La data visualisation

Cet article La data visualisation est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
L’avènement du Big Data nous place dans un monde où la quantité de données générées, collectées et stockées croît de manière exponentielle, minute après minute. Cette masse d’informations est le moteur des changements technologiques qui impactent tous les secteurs. Elle est également à la racine des progrès en intelligence artificielle, appelés à transformer la société.

Valentina D'Efilippo (inclus dans « The Infographic History of the World », Harper Collins, 2013)
Valentina D’Efilippo (inclus dans « The Infographic History of the World », Harper Collins, 2013)

Tirer profit de ces informations apparaît comme l’un des principaux défis à relever pour les entreprises numériques. Mais raconter des histoires avec les données n’est pas chose aisée : les chiffres sont parfois ennuyeux et une audience vite découragée par des tableaux et graphiques à rallonge. Heureusement, les solutions de visualisation évoluent et s’enrichissent au fur et à mesure des avancées technologiques.

Qu’est-ce que la data visualisation ?

formation datavizLa data visualisation (visualisation des données ou encore DataViz) désigne l’ensemble des procédés visant à présenter les données de manière visuelle et compréhensible, pour permettre une prise de décision éclairée. Elle répond donc (en partie) à cette problématique d’exploitation des données, et est devenu le fer de lance de la Business Intelligence moderne : du marketing au commercial en passant par la science et l’économie, la data visualisation constitue une aide précieuse pour les professionnels de nombreux secteurs d’activité.

 

Grâce aux techniques de data visualisation, les modèles, tendances et corrélations jusqu’alors difficilement identifiables peuvent être exposés et reconnus d’un simple coup d’œil. Les outils de dataviz vont en effet bien plus loin que les simples diagrammes et graphiques Microsoft Excel. Ils permettent d’afficher les données de manière sophistiquée, intelligible et particulièrement esthétique : infographies, jauges, cadrans, cartes géographiques, histogrammes détaillés ou encore camemberts interactifs ont ainsi démocratisé l’analyse de données et rendu un accès beaucoup plus immédiat à la prise de décision.

 

formation data visualisationLa visualisation interactive a permis de pousser le concept de data visualisation encore plus loin, en permettant aux utilisateurs d’interagir avec les données. Certains outils offrent ainsi la possibilité de manipuler en temps réel les images, graphiques ou cartes pour afficher des éléments spécifiques, modifier ou encore combiner les données affichées.

 

Et puisqu’une visualisation vaut mille mots, voici quelques exemples de mise en œuvre de data visualisation :

La data visualisation en action

 


Une visualisation détaillée sur… la visualisation (Cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Top 5 des outils pour la visualisation de données

Vous trouverez ci-dessous quelques-uns des outils de data visualisation les plus populaires et les plus efficaces actuellement disponibles sur le marché. Nous proposons des formations en data visualisation sur chacun de ces outils.

Tableau

formation tableau softwareDans le monde de l’entreprise, Tableau est considéré comme le maître en la matière. Le logiciel Tableau Software vous permettra de créer de nombreux visuels très intuitifs pour comprendre vos données : graphiques, diagrammes, cartes et bien d’autres. Une application bureau, Tableau Desktop est disponible pour des analyses visuelles sur site, mais le logiciel se décline également sur le web avec Tableau Server.

Qlik

formation qlik senseQlik, avec ses outils QlikView et Qlik Sense est l’autre acteur majeur de la data visualisation. Une configuration hautement personnalisable et les nombreuses fonctionnalités sont particulièrement appréciées des utilisateurs. En plus de la visualisation de données, QlikView propose de puissantes solutions de BI, analytics et reporting. Sa petite sœur Qlik Sense quant à elle est communément utilisée pour l’exploration et la découverte d’ensemble de données.

Power BI

Power BIDéveloppé par Microsoft, Power BI vous permettra de manipuler tous types de données, sous diverses formes. Les dashboards et rapports sont disponibles en ligne et affichent des visualisations et indicateurs clés de performance (KPI) à partir de données hébergées sur site ou dans le cloud, pour vous offrir une vue d’ensemble de votre activité.

D3.js

formation data visualisationConçue pour les développeurs, la bibliothèque de visualisation de données D3.js fonctionne sur Javacript et utilise HTML, CSS et SVG. Sous licence open-source, D3.js applique des transformations pilotées par les données aux pages web et permet la réalisation rapide de superbes visualisations. Vous pouvez parcourir les réalisations possibles avec D3.js, qui se révèle particulièrement efficace pour ajouter de l’interactivité à vos créations.

ArcGIS

formation arcgisFinalement, ArcGIS est une solution de cartographie/SIG, basée sur le cloud et qui propose de créer des cartes attrayantes à partir de données géographiques. Très accessible, ArcGIS permet de communiquer des idées via des visualisations riches et esthétiques, que l’on peut aisément partager.

Cet article La data visualisation est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
Angular 6 : les nouveautés https://www.apollo-formation.com/developpement/angular-6-nouveautes.html Mon, 16 Apr 2018 14:51:23 +0000 https://www.apollo-formation.com/?p=27212 Une porte se referme, l’autre reste grande ouverte : si AngularJS tirera prochainement sa révérence (une dernière release et puis s’en va), le voyage ne fait que commencer pour Angular. La dernière variante du framework développé par Google approche à grands pas, et l’on entrevoit déjà ce qui s’annonce comme une excellente version. Tour d’horizon … Continuer Angular 6 : les nouveautés

Cet article Angular 6 : les nouveautés est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>
formation angularJS 2Une porte se referme, l’autre reste grande ouverte : si AngularJS tirera prochainement sa révérence (une dernière release et puis s’en va), le voyage ne fait que commencer pour Angular. La dernière variante du framework développé par Google approche à grands pas, et l’on entrevoit déjà ce qui s’annonce comme une excellente version. Tour d’horizon des nouveautés attendues sur Angular 6.

D’abord annoncé pour fin mars 2018, Angular 6 devrait finalement voir le jour dans le courant du mois d’avril. Les release candidate se succèdent : RC.0, puis 1, puis 2, et finalement une 4ème (et dernière ?) le 7 avril dernier. Deux corrections de bugs seulement, ce qui laisse entendre que la version finale est imminente. Pour les plus impatients d’entre vous, rendez-vous sur la page Github du projet pour tester la rc.3 et suivre les dernières étapes jusqu’à la version finale.

Lors d’une conférence à Atlanta en février dernier, le directeur de la plateforme Angular chez Google Brad Green révélait déjà un certain nombre de détails sur ce qui attend les développeurs. Le discours complet est diponible sur Youtube :

Angular 6 : les nouvelles fonctionnalités

Component Dev Kit (CDK)

formation angular 6Ce package est déjà utilisé par la bibliothèque Angular Material, qui offre un ensemble complet de composants accessibles, performants et riches en fonctionnalités. Mais pour ceux qui ne souhaitent pas utiliser Angular Material, vous pourrez construire votre propre bibliothèque de composants UI et contrôler les mises en page grâce à CDK, sans avoir à réinventer la roue. Ce kit publié par Google en 2017 supporte également le Responsive Web Design.

A noter que le CDK n’est en soi pas vraiment une nouveauté puisqu’il existe depuis la version 5.1 d’Angular, mais la version 6 apportera un nouveau composant tree permettant comme son nom l’indique de gérer les arborescences.

Référez-vous à ce billet de blog Angular pour obtenir toutes les informations concernant la prise en main du Component Dev Kit.

Angular Elements

Si Angular est un framework de référence pour le développement d’application web monopage (SPA ou Single-Page Application en anglais), créer un widget pouvant être ajouté à une page web existante n’est pas chose aisée. N’était. Le package Angular Elements vous permettra en effet de créer un composant Angular et de le packager en tant que Web Component, utilisable sur n’importe quelle page HTML.

Prenez une application non-SPA conçue avec JavaScript et jQuery. Les développeurs de cette application pourront désormais utiliser des Web Components développés sur Angular, au sein de leur application. En facilitant le partage de ses composants, réutilisables et indépendants du framework de développement utilisé, Angular étend encore un peu plus sa flexibilité et séduira certainement de nouveaux adeptes.

Pour en savoir plus sur les Angular Elements, regardez l’intervention de Rob Wormald, développeur chez Google, lors de la conférence Angular Connect 2017.

Ivy

Ivy, c’est le nom de code donné au tout nouveau moteur de rendu qui réduira la taille des applications, accélèrera le temps de compilation et sera plus facile à débugger. C’est en tous cas la promesse de l’équipe Angular, qui assure par ailleurs que la transition vers ce nouveau moteur de rendu se fera tout en douceur.

Actuellement en beta, Ivy sera rétro-compatible et devrait améliorer les performances de manière significative : un exemple d’application Hello World avec Ivy pèse 3ko en .gzip, contre 50ko jusqu’alors !

formation angular 6 ivy

Schematics et ng update

Angular CLI est basé sur la technologie Schematics qui permet de définir des templates personnalisés et des modifications de code, pour une utilisation avec l’outil en ligne de commande. Dans la nouvelle version d’Angular, la fonctionnalité ng update fait son apparition dans CLI v1.7. Elle vous permettra de mettre à jour les dépendances de vos applications et de corriger les versions automatiquement.

Avec Schematics, vous n’avez donc pas besoin d’attendre que l’équipe CLI propose de nouvelles fonctionnalités et pouvez faire vos propres transformations de code comme ng update.

Bazel

formation angular 6 bazelBazel est un outil de build utilisé par l’ensemble des équipes Google, et qui sera proposé en option dans Angular 6. Décrit comme rapide, flexible et supportant une grande diversité de langages et plateformes, le compilateur Bazel est rendu open source en 2015 par Google, qui souhaite rendre ses outils internes accessibles au plus grand nombre.

En offrant la possibilité de recompiler seulement le code impacté lors d’une modification, sans régénérer l’application entière, Bazel devrait accélérer considérablement le temps de compilation. Il permettra de concevoir des applications « comme Google », qui a utilisé ce système de build en interne sur plus de 300 applications écrites en Angular.

Service Workers et Progressive Web Apps

formation pwaLes Progressive Web Apps, ces applications d’un nouveau genre mêlant le meilleur des applications web et mobiles ont le vent en poupe. Depuis la version 5 d’Angular, les Services Workers (composants fondamentaux des PWA) sont pris en charge, et Angular 6 apportera un certain nombre de corrections. Quelques nouveautés sont également attendues, comme la possibilité de désinstaller un Service Worker.

Pour en savoir plus sur les Progressive Web Apps, appelées à façonner le web de demain, nous vous invitons à suivre notre formation sur les PWA, dispensée sur 3 jours !

Mais aussi…

Parmi les autres nouveautés, citons les supports de TypeScript 2.7 et de la bibliothèque RxJS 6.

 

Pour résumer

Angular 6 et son lot de nouvelles fonctionnalités laissent envisager une année 2018 encore plus faste que la précédente pour le framework JavaScript, dont la communauté continue de croitre. Plus petite, plus rapide, plus flexible et plus accessible que ses prédécesseurs, la version 6 d’Angular permettra notamment d’augmenter la performance des applications et de réduire le temps de compilation.

Le CDK et les Angular Elements permettront de créer et partager des composants plus facilement, alors que l’amélioration des Service Workers rendra possible la création de Progressive Web Apps.

En attendant le lancement officiel de toutes ces nouveautés pour le moins prometteuses, vous reprendrez bien une sixième canette de formation Angular ?

 

Les ressources pour apprendre Angular

En amont de la formation

formation angularPour démarrer sur Angular, vous pouvez suivre le guide Quickstart disponible sur le site officiel du framework. Le tutorial « Tour des Héros » est ensuite un bon moyen pour vous familiariser avec les fondamentaux, en créant une première application. Jetez finalement un œil à la page dédiée à l’architecture de la plateforme. Ces quelques ressources vous permettront d’aborder une formation Angular plus sereinement, en ayant manipulé quelques-unes des fonctionnalités du framework.

Les meilleurs livres sur Angular

Angular peut être complexe, notamment car il résout des problèmes complexes. Pour vous accompagner dans votre apprentissage, nous vous proposons ici quelques publications qui vous permettront d’appréhender les spécificités du framework. Ces ouvrages techniques seront un très bon complément à notre formation Angular de 3 jours, où vous pratiquerez et apprendrez toutes les bonnes pratiques à mettre en œuvre lors de vos développements.

Remarque :

Les ouvrages ci-dessous font parfois référence à Angular 2 (ou 5). Rappelons qu’avec la gestion sémantique des versions d’Angular – détaillée dans la vidéo ci-dessous – ces livres restent pertinents même si vous travaillez sur Angular 4 ou plus.

Angular: Up and Running

angular up and runningEdité chez O’Reilly, ce livre démystifie le framework Angular. Il couvre la plupart des sujets de manière très structurée et vous fournira des instructions claires ainsi que beaucoup d’exemples. Chaque chapitre porte sur un concept particulier, et se termine avec des problèmes à résoudre pour renforcer vos connaissances.

Rangle’s Angular 2 Training Book

Consultable gratuitement et en intégralité en ligne, le Rangle’s Angular Training Book couvre les sujets les plus importants d’Angular, de la prise en main avec la toolchain au développement et maintien d’applications robustes. Tout ce que vous devez savoir pour démarrer sur Angular en toute sérénité.

ng-book, The Complete Book on Angular 5

ng book angularLe ng-book est conçu pour vous guider pas à pas dans la création d’applications Angular. Du dossier vide au déploiement, chaque chapitre porte sur un sujet particulier (composants intégrés, observables, RxJS, data architecture, etc). De nombreux exemples de code sont fournis tout au long de l’ouvrage, pour chaque projet présenté. A noter que le premier chapitre est téléchargeable gratuitement.

Apprendre Angular

apprendre angularPour ceux qui ne maîtrisent pas l’anglais, la documentation en français sur Angular est malheureusement rare. Voici cependant l’un des seuls ouvrages francophones sur le sujet, qui pourra vous permettre d’écrire une première application Angular et d’acquérir les bases concernant les composants, templates ou directives. Une introduction à TypeScript est également présentée.

Cet article Angular 6 : les nouveautés est apparu en premier sur Apollo Formation.

]]>